L'impact du Coronavirus pour les bénéficiaires

De récents reportages sur l’éclosion internationale du nouveau Coronavirus nous sensibilisent tous à la gravité du COVID-19. Nous comprenons l’incertitude que vous pouvez éprouver et savons que cette pandémie mondiale a causé de grands changements dans votre vie quotidienne, comme les fermetures d’écoles, les politiques de travail à domicile etc. De fait, la question se pose aussi pour les bénéficiaires, les enfants parrainés et leur famille. 

Tous les pays touchés par cette pandémie s’efforcent de ralentir la propagation du virus par le biais de restrictions gouvernementales et de quarantaines. Vous trouverez ici les rapports les plus récents de ces pays, ainsi que les répercussions de ces mesures préventives sur le fonctionnement des bureaux locaux de Compassion International, des centres d'accueil de parrainage et des actions des associations partenaires sur place.

Soyez assuré que le personnel sur place ainsi que nous-mêmes, suivons de près l’évolution de la situation. Notre priorité est de prévenir la transmission du coronavirus chez les bénéficiaires. Chacun fait son possible pour limiter la propagation supplémentaire du virus et réduire la pression sur les systèmes médicaux déjà imposés dans les pays concernés. 

Vous trouverez ci-dessus les réponses aux questions que vous vous posez sans doute. Pour toute autre question, vous pouvez nous contacter par email à l'adresse : contact(at)selfrance.org. 

Le Coronavirus et le SEL

Comment le SEL aborde-t-il la menace du Covid-19 ?

Dans un nombre croissant de pays, les activités des centres d’accueil de parrainage, et les projets de développement comme les Tickets-Repas ont dû être interrompues pour se conformer aux réglementations des autorités. Les partenaires sur place, que ce soient les équipes de Compassion pour le parrainage, ou nos associations partenaires, continuent à veiller sur les bénéficiaires dans la mesure du possible, afin de les encourager et les soutenir. Notre priorité est d’empêcher autant que possible que le virus se propage parmi les enfants et les autres personnes vulnérables que nous servons. En effet, les personnes vivant dans un contexte d’extrême pauvreté sont particulièrement exposées à la menace.

Au niveau de notre équipe en France, les bureaux sont de nouveau ouverts. Toute l'équipe veille à respecter les mesures sanitaires. 

Puis-je toujours joindre le bureau du SEL ?

Oui, bien-sûr ! Les bureaux sont de nouveau ouverts. Notre standard téléphone est opérationnel, et toute l'équipe veille à respecter les mesures sanitaires. 

Toutes les informations de contact sont disponibles ici. 

Que puis-je faire ?

  1. La première et meilleure chose que nous puissions faire est de prier. Nous savons que nous sommes plus que jamais dépendants de notre Dieu et nous savons qu’en France comme dans les pays où nous travaillons, nous faisons notre travail au nom de Jésus et non par nos propres efforts. Seriez-vous d’accord de prier pour les personnes les plus vulnérables dans le monde et en particulier pour les enfants ainsi que leurs familles ? 
  2. Peut-être avez-vous un peu plus de temps en raison de l’annulation d’activités de votre quotidien. Le SEL recherche toujours des bénévoles pour traduire des lettres échangées entre les filleuls et leurs parrains. Si vous avez la capacité de traduire de l’anglais/espagnol/portugais vers le français ou inversement, n’hésitez pas à nous écrire à : contact@selfrance.org. Ce service est à la fois précieux pour accélérer les échanges de courriers, mais il permet également d’être soi-même inspiré et encouragé, à la lecture des lettres. 
  3. Vous pouvez également participer au fonds d'urgence Coronavirus en faisant un don. Cet argent permettra de soutenir nos partenaires locaux dans les pays du Sud dans les actions qu'ils mettent en place afin de protéger et prendre soin au mieux des bénéficiaires. 

Le Coronavirus et le parrainage d'enfants

Puis-je encore écrire des lettres à mon filleul ?

Oui, bien sûr ! C’est même un moment privilégié pour écrire une lettre supplémentaire à votre filleul(e). Quel bienfait ce serait, si la plupart d’entre nous utilisions ce temps d’activité ralentie pour encourager nos filleuls dès maintenant. Vous pouvez écrire votre lettre directement en ligne en cliquant ici.

N’ayant aucun collaborateur au bureau pour traiter le courrier, il est préférable d'écrire votre lettre en ligne. Cependant vos courriers pourront prendre plus de temps que d'habitude à arriver entre les mains de votre filleul, en raison des restrictions gouvernementales liées aux pays. Le transfert des courriers sur place risque d’être perturbé, même si nous faisons tout notre possible pour maintenir les systèmes de transmission.

Ecrire à mon filleul

Qu’en est-il de la visite de mon filleul ?

Du fait des mesures de restrictions gouvernementales ainsi que des fermetures de frontières au niveau mondial, le réseau Compassion international, dont le SEL fait partie, a décidé d’annuler tous les voyages entre les pays jusqu’à nouvel ordre afin d’éviter de transporter le virus, sans le savoir, dans un pays du Sud. Cette mesure s’applique aux collaborateurs mais également aux parrains qui avaient prévu de rendre visite à leurs filleuls ou visiter les centres d’accueil en groupe ou de façon individuelle.  

Vous pouvez toutefois envoyer votre demande ou question à parrainage(at)selfrance.org pour examiner votre demande de façon spécifique. Vous serez également informé(e) de manière proactive au fur et à mesure de l’évolution de la situation. 

Ça change quelque chose au niveau de l’utilisation des dons de parrainage ?

Tous les pays où le réseau Compassion international (dont le SEL fait partie) est présent s’efforcent de ralentir la propagation du virus en imposant des restrictions sur les rassemblements publics ou des mises en quarantaine. Alors que de nombreux centres d’accueil sont temporairement fermés aux activités de groupe, le travail, lui n’a pas cessé. Les enfants, ainsi que leur famille, sont pris en charge et reçoivent autant que faire se peut des ressources essentielles telles que de la nourriture, de l’eau potable, des vêtements, des produits ménagers mais aussi des soins médicaux et un suivi psychologique en cas de traumatisme.

Face à cette situation, le réseau Compassion, dont le SEL fait partie, mandate les centres d’accueil pour redéployer les fonds de parrainage. Habituellement utilisés pour les activités de groupe, ils sont désormais consacrés aux besoins urgents et critiques des familles dont les enfants et les jeunes sont inscrits au centre. Cela signifie que si votre filleul fait face à des besoins urgents, son centre d’accueil devrait être en mesure d’y pourvoir.

En quoi est-ce différent d'avant ?

Auparavant, les dons de votre parrainage étaient principalement utilisés pour les activités du centre d’accueil visant à offrir des collations et des repas, des soins médicaux, et à encourager le développement sain de l’enfant dans tous les aspects : spirituel, physique, social, émotionnel et même économique. Durant cette période où le confinement empêche les rassemblements publics dans les centres d’accueil, vos dons sont utilisés pour répondre aux besoins urgents et critiques des enfants parrainés et leur famille. Cette approche reste cohérente avec la vision du développement holistique de l’enfant en priorisant les besoins urgents non satisfaits pendant cette pandémie de Covid-19. Ces besoins de base incluent la nourriture, le savon, la lessive, les kits d’hygiène, et d’autres ressources concrètes pour prendre soin et protéger les enfants ainsi que leur famille.  

En quoi ce fonds est-il différent du Parrainage + ?

Le don supplémentaire inclus dans le Parrainage + est utilisé pour des projets au niveau du centre d’accueil ou de la communauté de votre filleul(e). Aujourd’hui, tous ces fonds sont utilisés pour répondre aux besoins essentiels de votre filleul(e), sa famille et sa communauté. Ils restent donc essentiels en ce temps de crise.

Jusqu’à quand cette réaffectation est-elle valable ?

Aussi longtemps que le Covid-19 empêchera les rassemblements publics dans les centres d’accueil. Nous prévoyons de donner aux centres d’accueil les moyens de pouvoir fournir un niveau de base de soins et de soutien mais aussi de pouvoir répondre aux besoins critiques grâce aux visites et aux contacts téléphoniques.

Comment sont choisies les familles qui reçoivent ce soutien ?

Les équipes locales des centres d’accueil travaillent dur pour fournir un soutien de base à tous les bénéficiaires inscrits et priorisent les enfants et les familles les plus vulnérables. Le personnel veille à maintenir le contact avec toutes les familles des enfants des centres d’accueil (en moyenne, il y a environ 280 familles par centre d’accueil). Nous pouvons vous assurer qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes durant cette crise.

Qu'est ce qui est considéré comme "besoins essentiels" ?

On considère aujourd'hui comme besoins essentiels la nourriture, l’eau potable, les vêtements, les produits ménagés mais aussi les soins médicaux et l’accompagnement psychologique en cas de traumatisme. Au Honduras, par exemple, les centres d’accueil ont établi un plan d’urgence pour acheter, emballer et livrer les provisions ainsi que d’autres ressources essentielles aux familles vulnérables. Au Salvador, les centres d’accueil ont livré des bouteilles d’eau, de la nourriture et du gel hydroalcoolique aux familles qui n’étaient pas en mesure de s’en procurer. Dans d’autres pays, les bénéficiaires malades reçoivent des médicaments, des vitamines ou encore des conseils de santé.

Comment le contact est-il maintenu avec les bénéficiaires ?

Dans le cas où les visites sont permises et que personne ne se met en danger (ou met en danger les autres), le personnel des centres d’accueil rend visite aux enfants pour s’assurer de leur bien-être et celui de leur famille. Quand ils ne peuvent rendre visite, le personnel utilise le téléphone pour vérifier qu’ils se portent bien.

Si mon filleul(e) n'a pas de besoin urgent, reçoit-il quelque chose ?

Les centres d’accueil connaissent les besoins des familles et maintiennent de bonnes relations avec elles. Le personnel est conscient de l’importance des décisions prises quant à la meilleure utilisation des dons et veille à répondre aux besoins les plus critiques. Si votre filleul(e) et sa famille n'ont pas de besoins critiques, il se peut qu'il ne reçoive pas d'aide particulière, et ce serait une bonne nouvelle !

Le changement d'affectation est-il temporaire ou permanent ?

Il est temporaire. Une fois que les enfants pourront retourner en toute sécurité au centre d’accueil et assister aux activités, l'affectation des dons parrainage reviendra à la normale. Nous serons heureux de vous partager cette nouvelle le moment venu.

Des masques sont-ils fournis et les bénéficiaires sont-ils dépistés ?

Les équipes locales des centres d’accueil prennent toutes les précautions nécessaires pour protéger les enfants et leur famille. Les pratiques d’hygiène sont régulièrement enseignées aux centres d’accueil aux enfants mais également aux mères. Ceci réduit donc les risques de propagation de la maladie. Là où c’est possible, des kits d’hygiène sont fournis aux familles. Pour le moment, il n’y a pas de distribution de masque. Malheureusement, dans la majorité des pays où nos partenaires sont présents, il y a un réel manque de centres médicaux et de dépistage. A cause de cela, il est probable que les tests du COVID-19 dans les pays du Sud ne se feront pas à la même vitesse que dans les pays occidentaux. Il sera sûrement difficile de connaître le véritable impact du virus sur les centres d’accueil. S'il s’avère qu’un enfant d’un des centres d’accueil est directement impacté par le Coronavirus, tout sera mis en œuvre pour le faire tester et lui fournir le traitement médical nécessaire.