Etat des lieux de la situation

Le coronavirus s'est répandu dans le monde entier depuis 2020. Il s'agit d'une crise internationale, nous affectant tous d'une manière ou d'une autre. Dans les pays du Sud, les conséquences d'une telle pandémie sont d'autant plus graves. Pour les zones déjà en manque de ressources essentielles (eau potable, nourriture suffisante, accès aux soins de base), l'arrivée de ce nouveau virus ne fait qu'aggraver la situation. Si le taux de contamination et de mortalité dans les pays occidentaux est réellement alarmant, imaginez l'impact destructeur dans des pays déjà en difficulté. Nos partenaires sur le terrain œuvrent toujours plus pour préserver autant que possible leurs équipes et les bénéficiaires, autant au niveau des projets de développement que des centres de parrainage d'enfants. C'est pourquoi nous vous invitons à poursuivre l'élan de solidarité aux pays du Sud. Soutenons-nous les uns les autres, et incluons nos partenaires et nos bénéficiaires dans ce cercle d’entraide.

Retrouvez ci-dessous le livret spécial Coronavirus du mois de mai 2020 :

Voir le livret 

PARRAINAGE D'ENFANTS

La pandémie du Coronavirus étant mondiale, elle se répand également dans les pays où se trouvent les centres d’accueil de parrainage d’enfants. Ceux-ci se soumettent aux mesures prises par leur gouvernement, la priorité étant de continuer de protéger et de soutenir les enfants pris en charge, leur famille et le personnel des centres d’accueil. Bien que les activités des centres ne puissent plus se dérouler en groupe en raison de la limitation ou de l’interdiction des rassemblements, le personnel des centres continuera de garder le contact avec les enfants et de s’occuper de leur santé dans la mesure du possible. De nombreuses initiatives sont prises par le personnel des centres d'accueil pour continuer à aider les familles tout en respectant les mesures gouvernementales : par exemple partout où c’est possible et nécessaire distribution de nourriture, et suivant les endroits fabrication de gel hydroalcoolique (Kenya), création de masques pour le personnel de santé (Thaïlande), etc.

Nous répondons également à vos questions concernant les liens avec votre filleul dans la FAQ disponible ici. 

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

Tous les pays où nous soutenons des projets de développement sont touchés par la Covid-19. La plupart de ces pays ont mis en place des mesures préventives drastiques dès le début de la pandémie, et ce pendant plusieurs mois : fermeture des frontières, interdiction des rassemblements, fermeture des écoles et des lieux de cultes... Aujourd'hui, même si ces mesures sont assouplies, port du masque et gestes barrières restent plus que jamais de vigueur. 

Concernant nos partenaires, tous se sont mobilisés pour soutenir les plus vulnérables. Ils redoublent leurs efforts en 2021 pour poursuivre leurs activités usuelles tout en prenant les précautions nécessaires de lutte contre la pandémie. En parallèle de ces activités plusieurs de nos partenaires ont également mis en place des projets d'hygiène et de sensibilisation aux gestes barrières.

Nos partenaires sur le terrain insistent depuis toujours sur l'importance de l'hygiène et plus spécifiquement du lavage des mains, afin de prévenir les maladies. Tous les bénéficiaires, petits ou grands, sont sensibilisés à cela pour adopter les bons réflexes. Face à cette pandémie, des rappels sur ces bonnes pratiques sont faits grâce à des affiches illustrées par exemple.

Dans cette situation inédite, nous restons unis avec nos partenaires dans la prière, et eux avec nous, comme en témoigne un partenaire de la République démocratique du Congo : « En cette période où le Coronavirus, une pandémie très cruelle et mortelle qui plonge le monde dans une panique sans précédent, ayant des conséquences dans tous les domaines de la vie courante ; au nom de notre association et du mien propre, nous vous faisons parvenir ce message d’espoir et de réconfort pour que nous puissions toujours garder la tête haute. Il est important que nous continuions à implorer la grâce du Seigneur, parce qu’il est la solution. » Une FAQ est également disponible ici, afin de répondre dans la mesure du possible à vos questions. Soutenons nos partenaires par la prière, ou par un don, à la hauteur de nos moyens :

Soutenir le fonds d'urgence Coronavirus

SUIVI DE LA SITUATION PAR PAYS

Vous trouverez ci-dessous les répercussions des mesures préventives sur les centres d’accueil de parrainage d’enfants et sur les projets de nos partenaires, répertoriés par pays. Notre équipe s’efforce de garder ces informations aussi à jour que possible. Nous vous invitons donc à venir régulièrement sur cette page pour suivre l’évolution de la situation dans ces différents pays.

Bangladesh (mis à jour : 15/04/2021)

Le 7 avril, le Bangladesh a passé la barre des 9000 décès liés à la COVID-19. Le 28 janvier, le pays a débuté une campagne de vaccination à Dhaka, la capitale. Celle-ci a été étendue dans tout le pays, dès le 7 février. A ce jour, plus de 5 millions de personnes ont été vaccinées. D'ici le mois de mai, le pays recevra 10,9 millions de doses de vaccins, de la part de l’OMS. Le 5 avril, un confinement de 7 jours a été mis en place par le gouvernement, afin de freiner la propagation du virus. Le port du masque ainsi que la distanciation sociale restent obligatoires. Les écoles primaires rouvriront au mois de mai. Les étudiants, quant à eux, suivront les cours en ligne. La moitié de la population est actuellement en situation d'insécurité alimentaire.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Bangladesh ?

La plupart des centres de parrainage ont repris leurs activités. Afin de respecter les mesures de distanciation sociale , ces activités se déroulent en petits groupes et en extérieur. Dans les centres où la reprise n’est pas encore possible, les membres du personnel maintiennent un contact régulier avec les enfants et leurs familles, par le biais de visites et d’appels téléphoniques. Les familles qui n’ont aucune source de revenu peuvent bénéficier d’une aide financière, leur permettant d’acheter les biens de première nécessité. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 340 000 colis alimentaires ainsi que 351 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et leurs familles. De plus, 10 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les lettres sont-elles distribuées ?

Les lettres sont actuellement distribuées au Bengladesh bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageaons à continuer d'écrire à votre filleul, car aujourd'hui plus que jamais, les enfants ont besoin de paroles d'encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Bangladesh, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation de crise actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Bangladesh ?

Prions pour que Dieu fortifie ceux qui luttent contre le virus et qu’Il donne la paix à ceux qui ont perdu un être cher.

Bénin (mis à jour le 15/04/2021)

Dès le début de la pandémie, le gouvernement Béninois a été très réactif et un site internet dédié à la lutte contre le virus a même été mis en place. Les écoles et autres activités ont pu reprendre "normalement" moyennant le respect strict des mesures de prévention sur tout le territoire. Le Bénin vient également de réceptionner ses premières doses de vaccins ce qui permettra, comme l'a déclaré le ministre de la santé, de renforcer les efforts de lutte contre le virus, en plus de l'application des gestes barrières, toujours plus que jamais d'actualité.

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Les activités de nos partenaires se poursuivent. Toutefois, selon les projets, des aménagements sont faits pour continuer à respecter les gestes barrières et préserver les populations de la propagation du virus. Certains partenaires ont aussi mis en place des projets spécifiques pour lutter contre le coronavirus (sensibilisation à l'hygiène et distribution de lave-mains) en plus de leur programme habituel.

Comment puis-je prier pour le Bénin ?

Prions pour que cette nouvelle stratégie de prévention du Bénin soit efficace et pour que les cas de contamination ne se multiplient pas, en particulier avec les élections présidentielles d'avril. Prions également pour que nos partenaires Projets et Ticket-Repas puissent poursuivre leurs activités sans encombre et ainsi continuer d’être une aide dans leurs communautés.

Burkina Faso (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le Burkina Faso recensait 183 cas actifs de COVID-19. Cependant, les chiffres pourraient être bien plus élevés car le nombre de tests est limité. Selon Médecins Sans Frontières, le pays est également en proie à la crise humanitaire qui connait la plus forte croissance au monde. L’instabilité croissante au Burkina Faso a entrainé le déplacement interne de plus d’un million de personnes, dont au moins la moitié sont des enfants. Dans ces conditions de vie, les femmes et les enfants sont particulièrement vulnérables face à l’exploitation, la violence et la malnutrition. De plus, beaucoup sont privés d’eau potable, de nourriture, d’abri et de soins médicaux. On estime qu’actuellement 3,5 millions de personnes nécessitent une aide humanitaire.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Burkina Faso ?

La majorité des centres d’accueil permettent aux enfants de revenir et de reprendre les activités en petits groupes. Pour les centres qui restent fermés par mesure de sécurité, les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 565 000 colis alimentaires et 490 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. Près de 92 000 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale. Enfin, des membres du personnel des centres d'accueil ont pu aider des familles à construire des stations de lavage à utiliser chez eux.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

La plupart des lettres sont retardées au Burkina Faso ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Burkina Faso, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant. Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ? Malgré les difficultés cumulées (covid-19, problèmes climatiques et crise sécuritaire) nos partenaires poursuivent leurs actions avec un seul but : soutenir les personnes vulnérables. L'ensemble des projets de nos partenaires continuent avec les ajustements nécessaires (port du masque, lavage des mains etc.…). Quelques partenaires ont également mis en place des projets spécifiques à la prévention du virus et aux questions d'hygiène. Face à l'insécurité alimentaire grandissante, nos partenaires ont également été nombreux à soutenir leurs bénéficiaires par un appui en vivres.

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Malgré le contexte particulièrement difficile, nos partenaires poursuivent leurs actions avec un seul but : soutenir les personnes vulnérables. L'ensemble des projets de nos partenaires continuent avec les ajustements nécessaires (port du masque, lavage des mains etc...). Quelques partenaires ont également mis en place des projets spécifiques à la prévention du virus et aux questions d'hygiène. Face à l'insécurité alimentaire grandissante, nos partenaires ont également été nombreux à soutenir leurs bénéficiaires par un appui en vivres.

Comment puis-je prier pour le Burkina Faso ?

Prions pour la paix, la sécurité et la stabilité économique du pays alors qu’il fait face à la violence et aux troubles sociaux. Prions également pour la bonne santé des enfants et des familles dont la situation s’est empirée, en raison de la pandémie.

Bolivie (mis à jour le 15/04/2021)

Le 7 avril, le pays dénombrait plus de 37 000 cas actifs de COVID-19 et plus de 12 000 décès liés au virus. La majorité des nouveaux cas ont été recensés dans la plus grande province de Santa Cruz. La campagne de vaccination a débuté à la fin du mois de février puis a été étendue à d’autres régions du pays, telle que La Paz. A ce jour, près 1.5 % de la population a été vaccinée. Le gouvernement n’a imposé ni quarantaine, ni restrictions bien que certaines autorités régionales aient imposé le port du masque.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion en Bolivie ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés en Bolivie afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel créent des programmes d’activités virtuels. Ils continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Depuis le début de la crise, 894 000 colis alimentaires et 434 000 kits d’hygiène ont pu leur être distribués. De plus, 44 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Bolivie, bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul, car, aujourd'hui plus que jamais, les enfants ont besoin de paroles d'espoir et d'encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Bolivie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation de crise actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour la Bolivie ?

Prions afin que Dieu soutienne les centres d’accueil qui continuent d’accompagner les enfants et leurs familles, en ces temps difficiles. Pour mieux comprendre de quelle manière les centres d’accueil et Compassion Bolivie font face à la crise actuelle, suivez cette vidéo : Nouvelles de la Bolivie

Brésil (mis à jour le 15/04/2021)

Le Brésil enregistre un nombre record de décès quotidiens liés à la COVID-19 et doit faire face à la propagation d’une nouvelle variante du virus, encore plus contagieuse. Son système de soins de santé est débordé et risque l’effondrement. Au 7 avril, le pays dénombrait plus de 13 millions de cas de COVID-19 et plus de 340 000 décès liés au virus, deuxième nombre le plus élevé au monde. Une campagne de vaccination est en cours dans le pays depuis le mois de janvier, toutefois, seul 5.2% de la population a pu être vaccinée à ce jour. La ville de Rio de Janeiro est partiellement confinée. Certains gouvernements d’états du pays ont émis des décrets, renforçant les restrictions. Des millions de personnes se retrouvent sans emploi et on craint une aggravation de la crise financière.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Brésil ?

Seule une poignée de centres d’accueil ont repris une activité normale. La plupart ne peuvent réaliser leurs activités que virtuellement ou en petits groupes. Les membres du personnel des centres d'accueil continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, leur rendre visite tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 401 000 colis alimentaires, ainsi que 293 000 kits d'hygiène ont pu leur être distribués. 24 000 personnes ont pu bénéficier d'une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées au Brésil bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-il distribués ?

Au Brésil, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Brésil ?

Prions pour les enfants et leurs familles qui ont vu leur situation empirer, en raison de la Covid-19. Prions également afin que la propagation de la COVID-19 mais aussi des nouveaux variants du coronavirus cessent.

Cameroun (Nord) (mis à jour le 15/04/2021)

Le nombre de cas de COVID-19 continue d'augmenter au Cameroun. Afin de poursuivre la lutte contre le virus, le Ministère de la Santé rappelle la nécessité de multiplier les dépistages et l'importance de l'application des gestes barrières. Par ailleurs la stratégie de riposte va s'intensifier avec la mise en place de plus de centres de prise en charge des malades de la covid, et l'introduction prochaine de la vaccination volontaire. En parallèle le renforcement de la sensibilisation et l'application des gestes barrières est également un axe majeur de ce plan de riposte face au virus.

Comment s'organisent nos partenaires Projets ?

Malgré la pandémie il est plus que jamais important pour nos partenaires de lutter pour le bien des personnes vulnérables. C'est dans cette optique, par exemple, qu'un de nos partenaires a mis en place la phase 2 de son accompagnement auprès des paysans, afin d'assurer malgré tout, revenus et nourriture à la population. Toutefois le projet a été adapté afin de pouvoir respecter les mesures de prévention en vigueur et respecter les gestes barrières.

Comment puis-je prier pour le Cameroun ?

Prions pour que nos partenaires Projets continuent d’avoir les ressources nécessaires afin de pouvoir lutter pour le bien des personnes vulnérables dans leurs communautés, malgré la pandémie.

Colombie (mis à jour : 15/04/2021)

Depuis le début de la crise, le pays a signalé plus de deux millions de cas de covid-19 et près de 65 000 décès liés au virus. La Colombie fait face à une troisième vague de contaminations et le gouvernement a renforcé les restrictions au moins jusqu’au 19 avril. Les logements souvent surpeuplés des familles pauvres contribuent à la multiplication des contaminations. A ce jour, l'état le plus touché est celui d'Amazonas. En 2021, 35 millions de personnes doivent être vaccinées ; la campagne de vaccination de masse a débuté à Bogota, le 18 février. En raison de la pandémie, la pauvreté et la faim ont augmenté en Colombie. Selon un sondage réalisé auprès de 34 000 familles, 98% d’entre elles ont affirmé qu’elles n’avaient pas les moyens d’avoir accès à leurs besoins primaires tels que la nourriture et le logement.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion en Colombie ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel des centres veillent, cependant, à ce qu’aucun enfant ne soit victime de violence ou d’abus au sein de son foyer et accompagnent les familles qui ont été testées positives à la COVID-19. Ils élaborent des programmes d’activités virtuels. Ils créent des kits d'activités à réaliser à la maison et certains ont même été en mesure d'organiser des fêtes d'anniversaire à distance. En outre, le personnel des centres d'accueil met en ligne des cours et des méditations à partager en famille. Il continue d’appeler les familles et peut, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 709 000 colis alimentaires ainsi que 316 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et leurs familles. Dans les régions où la nourriture ne peut être livrée, le personnel des centres d'accueil distribue des bons d'achat utilisables dans les marchés locaux. De plus, 13 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Colombie, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Colombie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour la Colombie ?

Prions afin que la propagation du virus cesse et que Dieu guérisse ceux qui en sont infectés.

Congo (Brazzaville) (mis à jour le 15/04/2021)

L'épidémie semble désormais sous contrôle au Congo, et la tendance au ralentissement de la circulation de la maladie s’est confirmée pendant les trois premières semaines du mois de mars 2021. Par ailleurs des opérations de vaccinations ont débuté au 23 mars. Toutefois les mesures de prévention restent plus que jamais de vigueur, l'Etat d'Urgence a été prorogé pour 20 jours à partir du 25 mars, le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux publics et les gestes barrières doivent être appliqués. 

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Durant cette période un peu spéciale due à la COVID-19, notre partenaire Ticket-Repas a dû se réorganiser. Des distributions de vivres ont ainsi pu être menées afin de soutenir les enfants et leurs familles pendant la période de fermeture de tous les lieux publics. Avec l'assouplissement des mesures de prévention notre partenaire a pu reprendre les activités selon son fonctionnement usuel (cantine scolaire) tout en respectant les mesures de restriction en vigueur

Comment puis-je prier pour le Congo ?

Continuons de prier pour la santé des populations, alors que le pays semble mieux maitriser l’épidémie. Prions particulièrement pour notre partenaire Ticket-Repas afin qu’il puisse continuer à œuvrer pour le bien des personnes vulnérables dans sa communauté.

Congo (République Démocratique) (mis à jour le 15/04/2021)

Le comité Multisectoriel de Riposte contre la COVID-19 s'est réuni le 15 mars afin d'étudier la question du lancement de la campagne de vaccination. Le virus est toujours présent et les populations sont invitées à ne pas se relâcher dans l'application des gestes barrières, à savoir : le lavage des mains, la distanciation sociale et le port obligatoire du masque pour limiter la propagation de la COVID-19.

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Nos partenaires projets et Ticket-Repas continuent leurs activités tout en étant attentifs à la pandémie et en incitant les populations à respecter les gestes barrières. Plusieurs de nos partenaires ont mis en place des projets de sensibilisation avec distribution de dispositifs lave-mains lorsque cela était possible.

Comment puis-je prier pour le Congo ?

Prions pour le gouvernement qui doit continuer à prendre les bonnes décisions dans la lutte contre la COVID-19. Prions également pour nos partenaires Ticket-Repas qui adaptent leurs activités afin de répondre aux besoins des familles touchées par la crise sanitaire.

Côte d’Ivoire (mis à jour le 15/04/2021)

En avril 2021, la Côte d’Ivoire dénombre un peu plus de 44 000 cas confirmés de COVID-19. Face au nombre grandissant de cas de covid, le gouvernement a démarré une campagne de vaccination le 1er mars. Le gouvernement continue également sa sensibilisation auprès des populations pour éviter une explosion épidémique (port du masque, distanciation, limitation des déplacements, etc.).

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Nos partenaires continuent leurs actions au service des plus vulnérables tout en prenant les précautions nécessaires à la non propagation du virus.

Comment puis-je prier pour la Côte d’Ivoire ?

Prions pour que nos partenaires Projets aient les ressources nécessaires afin de pouvoir lutter pour le bien des personnes vulnérables dans leurs communautés, malgré la pandémie.

Équateur (mis à jour le 15/04/2021)

Le système de santé de l’Équateur est sévèrement mis à rude épreuve. Au 7 avril, le pays confirmait près de 340 000 cas de COVID-19 et plus de 17 000 décès liés au virus, dont la majorité à Quito. Une campagne de vaccination a débuté en janvier, toutefois sa mise en œuvre a été ralentie car le pays lutte pour obtenir les doses nécessaires. L’Equateur projette de vacciner 9 millions de personnes entre les mois de mars et septembre 2021. Les secteurs du commerce, de l’industrie, du tourisme, du transport et de la santé ont été sévèrement affectés par le ralentissement économique. Les experts estiment qu’une hausse du chômage poussera de nombreuses familles dans l’extrême pauvreté. De plus, les groupes autochtones du pays ont été durement touchés par le virus ; les personnes vivant en zone rurale ont difficilement accès aux tests ou aux hôpitaux.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion en Equateur ?

Pour le moment, presque tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel des centres continuent d’apporter un soutien émotionnel et spirituel aux familles en les appelant régulièrement. Dans certaines communautés, ils rendent visite aux enfants, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils créent aussi des programmes d’activités virtuels. Le bureau national de Compassion Equateur a également été en mesure d’apporter des conseils et un soutien émotionnel à plus de 2500 directeurs de centres d’accueil ainsi qu’à 2200 membres du personnel. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 707 000 colis alimentaires ainsi que et 241 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, depuis le début de la pandémie, 20 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale, grâce à des consultations en ligne.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Equateur, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Equateur, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour l’Equateur ?

Prions pour la santé et la sécurité de ceux qui vivent dans les régions reculées du pays et qui ont peu d’accès aux soins médicaux. Prions afin que la propagation du virus cesse.

El Salvador (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le Salvador signalait plus de 65 000 cas de COVID-19 et plus de 2000 décès liés au virus. En raison de la crise économique causée par la pandémie et de plusieurs années d’événements climatiques extrêmes, la faim a augmenté de façon spectaculaire au Salvador, selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies. On estime ainsi que près de 85% des familles vivant en zone rurale sont confrontées à l’insécurité alimentaire. Le pays a débuté sa campagne de vaccination depuis le 15 février.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Salvador ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel des centres continuent de soutenir les familles vulnérables en leur apportant de la nourriture et des médicaments, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils veillent également à ce que la protection des enfants soit assurée. Les centres fournissent également des ressources pour aider les familles à créer leur potager, et développent des cours particuliers en ligne afin que les enfants continuent d’apprendre à distance. Grâce à la radio, Compassion Salvador a pu adresser aux communautés des messages encourageants et partager des informations de santé publique. A ce jour, 395 000 colis alimentaires et 206 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 63 000 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Salvador, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Salvador, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Salvador ?

Prions pour qu’une aide soit pourvue pour le Salvador mais aussi l’Amérique Centrale qui luttent actuellement avec la faim chronique.

Éthiopie (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le pays recensait plus de 52 000 cas actifs de COVID-19 ainsi que 3058 décès liés au virus. Le gouvernement a reçu 9 millions de doses de vaccins et prévoit de vacciner au moins 20% de la population avant la fin de l’année 2021. A la pandémie s'ajoutent les inondations, l'invasion de criquets qui ont engendré une crise humanitaire de grande ampleur en Ethiopie et les conflits ethniques. Les combats qui ont débuté en novembre 2020, dans la région du Tigré, ont conduit des milliers de personnes à chercher refuge au Soudan. Ce conflit, comme tout autre, pèse lourd sur les civils. Certaines régions enregistrent une hausse de 50% des hospitalisations, du fait de la sévère malnutrition. En raison du ralentissement économique et de la destruction des récoltes, les familles luttent pour avoir un salaire et de quoi se nourrir. Le Comité International de secours a annoncé qu’au cours du premier semestre de 2021, 11 millions d’Ethiopiens souffriront de la faim. Il y a cependant un espoir. Selon les Nations Unies, le Programme alimentaire mondial offrira une aide alimentaire d’urgence à près d’un million de personnes.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Éthiopie ?

La situation des centres d’accueil diffère grandement en fonction des régions. Alors que certains permettent aux enfants de se réunir en petits groupes, d'autres restent fermés par mesure de sécurité. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles, et peuvent, dans certaines communautés rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils veillent attentivement à leur sécurité et les accompagnent en cas de traumatisme. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 943 000 colis alimentaires ainsi que 555 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 40 000 personnes ont pu bénéficier d’un soutien médical. Le personnel s’est assuré que les 526 centres d’accueil, répartis dans le pays, disposent d’installations de lavage de mains pour les enfants, les familles et les communautés.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Ethiopie bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd'hui plus que jamais, les enfants ont besoin de paroles d'espoir et d'encouragement.

Les dons sont-ils distribués ?

En Ethiopie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour l’Ethiopie ?

Prions pour que la violence cesse et que le pays soit restauré. Prions également pour la santé et la sécurité des enfants et de leurs parents.

Ghana (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le pays signalait 1447 cas actifs de contamination et 752 décès. Accra, la capitale, reste la ville la plus touchée du pays, avec 60% des cas répertoriés. Le 2 mars dernier, le Ghana a lancé sa campagne de vaccination, après avoir reçu 600 000 doses de vaccins, de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé. À ce jour, 0,8% de sa population a été vaccinée.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Ghana ?

Plusieurs centres d’accueil de Compassion Ghana ont repris leurs activités. Avec prudence, ils invitent les enfants et les adolescents à venir au centre par petits groupes, afin de prendre de nouvelles photos, d’écrire des lettres à leurs parrains, mais également de faire de courtes leçons avec leurs tuteurs. Certains centres, encore fermés, ont collaboré avec des chaînes de télévisions locales et ont pu diffuser des cours pour les étudiants. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils assurent également le suivi des rendez-vous médicaux, supervisent les interventions liées à la protection de l’enfance et sont une réponse au désastre des bénéficiaires. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 208 000 colis alimentaires ainsi que 176 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. Près de 72 000 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres d’accueil de Compassion Ghana. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Ghana, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Ghana ?

Prions afin que la propagation du virus cesse dans le pays. Prions afin que Dieu continue de pourvoir aux besoins des enfants et de leurs familles.

Guatemala (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le pays enregistrait près de 200 000 cas de COVID-19 et près de 6700 décès liés au virus. Une campagne de vaccination a débuté en février dernier. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire a presque doublé durant la pandémie. Une majorité écrasante des foyers ont subi une perte de revenu ou un chômage. De plus, le Guatemala subit toujours les conséquences de deux ouragans, survenus en novembre 2020, qui ont affectés les vies de millions d’adultes et d’enfants. Ces familles, déjà extrêmement pauvres, ont ainsi dû s’endetter pour se nourrir.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Guatemala ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés. Le personnel bénévole rend visite aux familles, lorsque cela est possible et continue de les appeler. Il prie, toutes les semaines, avec chaque enfant et rapporte aux responsables des centres tout souci ou besoin des familles. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 521 000 colis alimentaires et près de 203 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 11 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale. Enfin, les membres du personnel ont également pu distribuer des kits d’art, des magazines pour enfants.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

La plupart des lettres sont retardées au Guatemala ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Guatemala, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Guatemala ?

Prions pour que Dieu pourvoie aux besoins des enfants, de leurs familles ainsi que des membres du personnel alors qu’ils se remettent de l’impact des ouragans. Prions afin que la crise alimentaire cesse dans le pays.

Haïti (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, Haïti signalait près de 1230 cas actifs de COVID-19 et 252 décès liés au virus, bien que les employés du secteur médical indiquent que les chiffres pourraient être beaucoup plus élevés. En effet, les tests étant payant, de nombreux haïtiens n’ont pas les moyens de se faire dépister. La situation du pays est très instable car en plus de la pandémie, la population haïtienne doit faire face aux dangers des protestations politiques, à la violence des gangs et aux enlèvements Les écoles sont ouvertes et aucun couvre-feu n’a été mis en place. Toutefois, le gouvernement encourage le port du masque dans les lieux publics lorsque la distanciation sociale ne peut être maintenue.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion à Haïti ?

Tous les centres d’accueil de Compassion Haïti ont repris leurs activités sur site. Ils suivent des protocoles stricts afin de protéger les enfants contre le Coronavirus, qui continue d’affecter le pays. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 162 000 colis alimentaires ainsi que 92 200 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. 12 800 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Haïti, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Haïti, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour Haïti ?

Prions afin que Dieu accorde la paix, la justice et la stabilité économique au pays ainsi que son peuple.

Honduras (mis à jour le 15/04/2021)

Au Honduras, le taux de dépistage du coronavirus est extrêmement bas. Il est donc difficile d’avoir une vision claire de la manière dont le pays a été affecté. On estime qu’au 7 avril, le nombre de cas positifs dépassait les 190 000 cas et le pays comptabilisait plus de 4700 décès liés au virus. La campagne de vaccination a débuté le 5 avril. À ce jour, 0,3% de la population a été vaccinée. De plus, le pays subit toujours les conséquences de l’ouragan Eta, survenu en novembre 2020, et qui a engendré d'importants dégâts humains et matériels. En effet, la faim et la pauvreté augmentent considérablement au Honduras. Selon le Programme alimentaire mondial, le nombre de ménages en insécurité alimentaire a augmenté de plus de 50% durant la pandémie. Aujourd’hui, le taux de pauvreté du pays est passé à 75%.

Comment Compassion Honduras œuvre actuellement ?

Les programmes et activités des centres d’accueil de Compassion Honduras restent suspendus afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Cependant, des vidéos de leçons sont enregistrées pour les enfants. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 286 000 colis alimentaires ainsi que 197 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. Depuis le début de la pandémie, 4000 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale. Toutes les personnes qui livrent les provisions aux familles ont reçu une formation par les autorités locales sur les mesures de sécurité à respecter.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Honduras, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Honduras, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Honduras ?

Prions afin que Dieu pourvoie aux besoins des enfants, de leurs familles et des membres du personnel des centres d’accueil au Honduras. Prions pour qu’ils soient protégés du virus.

Indonésie/Indonésie de l’Est (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, l’Indonésie signalait plus de 110 000 cas actifs COVID-19 et plus de 42 000 décès liés au virus, le nombre de décès le plus élevé d’Asie du Sud-Est. En janvier, il était l’un des premiers pays de la région à débuter une campagne de vaccination de masse, gratuite. Toutes les personnes éligibles doivent être vaccinées. Les gouvernements locaux peuvent imposer des amendes et mettre fin aux paiements d’aides sociales, à ceux qui le refusent. La pandémie a eu d’énormes répercussions économiques et émotionnelles sur la population. En effet, selon la Commission Indonésienne de la protection de l’enfance, 42% des mères et 32% des pères ont déclaré avoir commis des actes de violence physique sur leurs enfants, au cours de la dernière année.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Indonésie ?

La situation des centres d’accueil diffère grandement en fonction des régions. Alors que certains ont repris leurs activités normalement, d’autres ne se réunissent qu’en petits groupes. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants chaque semaine, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils leur apportent de la nourriture et les aident dans leurs jardins. Pour que les enfants continuent d'avoir accès aux ressources des centres d'accueil, plusieurs dispositifs ont été mis en place, tels que : la distribution de bande-dessinées, la diffusion de programmes pour enfants à la radio ainsi que des cours en direct à la télévision. Les bénéficiaires les plus âgés des centres ont également participé à l’enregistrement de leçons pour les plus jeunes. Depuis le début de cette pandémie, plus d’1,3 millions de colis alimentaires ainsi que 986 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 139 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Indonésie, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Indonésie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour l’Indonésie ?

Prions afin que Dieu accorde sagesse et discernement au personnel des centres d’accueil alors qu’ils continuent de protéger les enfants de situations difficiles et dangereuses.

Kenya (mis à jour le 15/04/2021)

Le Kenya fait actuellement face à une troisième vague de l’épidémie. Au 7 avril, le pays a confirmé plus de 43 000 cas actifs de COVID-19 ainsi que près de 2300 décès liés au virus. Le 3 mars dernier, le pays a reçu ses premières doses de vaccins, de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé. A ce jour, 1 million de doses ont été réceptionnées. Des chercheurs scientifiques ont indiqué que deux tiers des kenyans ont connu des difficultés financières du fait de la pandémie. De plus, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a augmenté de 38%. De nombreuses familles dépendent d’un emploi journalier et luttent pour se nourrir.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Kenya ?

Près des trois quarts des centres d’accueil ont repris leurs activités de façon limitée. Dans les régions où le risque de transmission locale du virus est moindre, de petits groupes d’enfants et de jeunes se rassemblent dans les maisons et dans les centres. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils sont un soutien psychologique pour les enfants et leurs familles qui vivent dans l’anxiété à cause de la pandémie. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 230 000 colis alimentaires ainsi que 55 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et leurs familles. 67 000 personnes ont également pu bénéficier d’un soutien médical.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Kenya, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Kenya, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Kenya ?

Prions pour la santé et la sécurité des enfants et de leurs professeurs qui se retrouvent dans les écoles. Prions afin que Dieu accorde aux enfants la patience nécessaire pour porter le masque en journée.

Madagascar (mis à jour le 03/05/2021)

Ces dernières semaines, les cas de COVID-19 ont fortement augmenté à Madagascar. Afin de freiner la propagation du virus, un confinement total a été mis en vigueur tous les weekends, dans la région d'Analamanga (Antananarivo). Les écoles sont fermés depuis plus de 15 jours maintenant, ce qui impacte fortement l'apprentissage des élèves.

Comment s'organisent les centres de parrainage ?

Les mesures restrictives en vigueur ont contraint un des centres de parrainage de la région d’Antananarivo à fermer. L’équipe de l’école est très investie et prépare des devoirs pour les élèves afin qu’ils puissent continuer d’apprendre depuis chez eux. Par ailleurs, les 129 familles des enfants parrainés ont pu bénéficier de distribution de sacs de riz. La pratique des mesures d’hygiène renforcée est partout de rigueur. Plusieurs parents traversent une période très difficile économiquement, certains ont perdu leur travail. C’est pourquoi, le personnel des centres continue son soutien personnalisé à chaque famille. Le soutien spirituel et moral aux familles reste au cœur de leur action.

Comment s'organisent nos partenaires Ticket-Repas ?

Pendant la période de confinement la plupart de nos partenaires Ticket-Repas ont mis en place des projets de sensibilisation aux gestes barrières et ont distribué des kits alimentaires, pour les familles les plus vulnérables. Courant avril, certaines cantines ont du fermer leurs portes et continuent la distribution de kits de vivres. Ailleurs, les activités de nos partenaires ont repris tout en respectant les gestes barrières. Certains partenaires ont également mis en place de petits projets de développement à destination des familles des enfants suivis, ou bien à destination des professeurs des écoles, durement impactés par la période de fermeture.

Comment puis-je prier pour Madagascar ?

Prions pour que les cas de coronavirus diminuent. Remercions Dieu pour tout le travail réalisé par nos partenaires Parrainage et Ticket-Repas. Que Dieu les soutienne.

Mali (mis à jour le 15/04/2021)

Au Mali les mesures de prévention sont toujours en vigueur face à la montée du nombre de cas de coronavirus.

Comment s'organisent nos partenaires Projets ?

Malgré le virus, nos partenaires continuent coûte que coûte le travail auprès des populations vulnérables. Par exemple, alors que ses activités usuelles étaient suspendues au plus fort de la pandémie, l'un de nos partenaires a mis en place des actions de sensibilisation auprès des jeunes qu'il encadre d'habitude afin de les former sur les gestes barrières et qu'ils puissent transmettre ces informations à leurs familles. Aujourd'hui, ce partenaire a pu reprendre ses activités "normales" tout en appliquant les mesures de prévention nécessaires à la sécurité sanitaire de tous.

Comment puis-je prier pour le Mali ?

Prions pour la santé des populations, alors que le pays fait face à une hausse de contaminations de COVID-19. Remercions Dieu pour le courage de nos partenaires qui continuent leur travail auprès des plus vulnérables. Que Dieu les soutienne.

Mexique (mis à jour le 15/04/2021)

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, au Mexique, l’évolution de la pandémie est très inquiétante. Officiellement, le pays a passé la barre des 2,2 millions de cas de COVID-19 et a enregistré plus de 206 000 décès liés au virus. Cependant, l’OMS affirme qu’il est difficile de connaître l’étendue réelle de la pandémie dans le pays étant donné le faible taux de dépistage. La grande région de Mexico City reste l’épicentre de l’épidémie. Le pays a débuté une campagne de vaccination en février mais a eu du mal à avoir accès aux doses de vaccin. Les communautés indigènes qui se méfient du gouvernement ont refusé la vaccination. Les autorités sanitaires ont appelé la population à rester chez elle autant que possible, à respecter les distanciations sociales, à utiliser fréquemment du gel pour les mains et à porter le masque en public. Les écoles sont fermées dans presque tous les états du pays et les horaires de couvre-feux varient selon les régions.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Mexique ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Cependant, 82% des centres réalisent des activités en ligne afin que les enfants puissent apprendre depuis chez eux. Les membres du personnel des centres continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Tous les centres ont reçu des flyers sur la prévention contre la maladie et son traitement, qu’ils peuvent imprimer et distribuer dans leurs communautés. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 360 000 colis alimentaires, ainsi que 183 600 kits d’hygiène ont pu être distribué aux familles. De plus, 36 000 personnes ont pu bénéficier d'une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres d’accueil de Compassion Mexique. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Mexique, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Mexique ?

Prions afin que les cas de Covid-19 diminuent dans le pays. Prions également pour que Dieu donne aux membres du personnel la sagesse et la créativité nécessaires alors qu’ils prennent soin des enfants et de leurs familles, avec de nouvelles méthodes.

Nicaragua (mis à jour le 15/04/2021)

Le ministère de la Santé du Nicaragua a signalé une diminution des nouveaux cas de COVID-19. Le 7 avril, les chiffres officiels annonçaient plus de 2300 cas positifs et 179 décès liés au virus. Cependant, selon des organisations de santé indépendantes, le nombre de cas de contaminations serait beaucoup plus élevé. Depuis le 2 mars, le pays a débuté une campagne de vaccination . Avec l’évolution de la pandémie, les années de sécheresse, et les ouragans, la faim augmente dans le pays. Selon un sondage, effectué par différentes organisations non gouvernementales, plus de 85% des familles rurales n’ont pas suffisamment de nourriture pour vivre et sont forcés de s’endetter pour survivre. Un grand nombre d’entre elles nécessite une assistance immédiate.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Nicaragua ?

De nombreux centres d’accueil planifient ou ont déjà débuté une phase de réouverture. Les membres du personnel des centres continuent de veiller sur les enfants en leur envoyant régulièrement des messages encourageants et en leur fournissant des programmes d’activités virtuels. Dans les communautés où le risque est moindre, ils peuvent également leur rendre visite, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 238 000 colis alimentaires ainsi que et 123 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 7600 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Nicaragua, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Nicaragua, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Nicaragua ?

Prions pour que Dieu accorde sécurité et sagesse aux personnel de santé qui travaillent dur afin de gérer les urgences liées à la pandémie.

Niger (mis à jour le 15/04/2021)

Le Niger reste relativement peu touché par le coronavirus (environ 5000 cas confirmés), toutefois l'Etat d'urgence sanitaire est prolongé afin de poursuivre la lutte contre la propagation du virus.

Comment s'organisent nos partenaires Projets ?

Nos partenaires sur le terrain continuent leur oeuvre auprès des populations vulnérables tout en respectant du mieux possible les gestes barrières.

Comment puis-je prier pour le Niger ?

Prions pour que nos partenaires Projets continuent d’avoir les ressources nécessaires afin de continuer à lutter pour le bien des personnes vulnérables dans leurs communautés, malgré la pandémie.

OUGANDA (MIS A JOUR LE 15/04/2021)

L'Ouganda enregistre une baisse des cas de contamination de COVID-19 avec environ 25 nouveaux cas par jour. Au 7 avril, le pays enregistrait 334 décès liés au virus, depuis le début de la crise. Afin de réduire le risque de propagation du virus, le président du pays a vivement encouragé la population à respecter les mesures mises en place par le gouvernement. Le 10 mars, le pays a débuté une campagne de vaccination après avoir reçu un premier lot de 864 000 doses de vaccin, de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé. Le port du masque ainsi que la distanciation sociale sont obligatoires, et le lavage des mains régulier avec de l’eau et du savon est vivement recommandé. Un couvre-feu national est en place de 21h00 à 6h00.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Ouganda ?

Les centres d’accueil s’organisent différemment selon les régions. Plusieurs centres ont été en mesure d’accueillir les enfants et les jeunes par petits groupes pour participer aux activités. D’autres restent fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités de leur région. Le personnel des centres d’accueil continue d’évaluer les besoins des enfants et de leurs familles, et y répond au moyen de pensions alimentaires et autres ressources locales. De plus, ils gardent un contact téléphonique régulier avec les enfants et leur rendent visite quand cela est possible. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 114 000 colis alimentaires ainsi que 435 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. 97 000 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Ouganda bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd'hui plus que jamais, les enfants ont besoin de paroles d'espoir et d'encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Ouganda, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour l’Ouganda ?

Prions pour la santé et la sécurité des enfants et de leurs familles. Pour mieux comprendre de quelle manière les centres d’accueil et Compassion Ouganda font face à la crise actuelle, suivez cette vidéo : Des nouvelles de l'Ouganda

Pérou (mis à jour le 15/04/2021)

Le Pérou a signalé une moyenne de 6000 nouveaux cas de contamination journaliers depuis le mois de février. Avec la deuxième vague, de nombreux hôpitaux sont à court d’oxygène, ils ont atteint voire dépassés leur capacité d’accueil et le personnel de santé est sous pression. Au 7 avril, le pays signalait plus d’un 1,6 millions de cas de contamination et près de 54 000 décès liés au coronavirus. Une campagne de vaccination a débuté en février. Avec l'évolution de la pandémie, la faim augmente dans le pays. En effet, selon certaines organisations non gouvernementales, les revenus des ménages auraient diminué de 33% en moyenne, depuis le début de la pandémie. Les couvre-feux stricts sont maintenus dans tout le pays mais diffèrent selon les régions. Le port du masque en public est obligatoire et une distance d’au moins 1 mètre entre chaque personne doit être maintenue.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Pérou ?

Tous les centres de parrainage ont suspendu leurs activités. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils veillent sur les enfants et les familles les plus vulnérables qui font face à l’extrême pauvreté, à des risques d’abus ou encore à des complications de santé. Les centres se focalisent sur le soin des enfants, notamment sur le plan :

  • Physique : grâce à des consultations médicales en ligne et à la prévention contre les maladies
  • Emotionnel : grâce à des consultations à distance
  • Social : par des contacts et des visites régulières, lorsque c’est possible
  • Spirituel : par des conseils, des temps de partage et de prière.

Les centres d’accueil travaillent étroitement avec les autorités locales pour aider les familles bénéficiaires. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 640 000 colis alimentaires ainsi que 426 000 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. De plus, 38 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale durant la pandémie.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres d’accueil de Compassion Pérou. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d'envoyer des lettres de soutien et d'espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Pérou les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Pérou ?

Prions afin que Dieu accorde aux professeurs la sagesse, et aux enfants, la volonté d’apprendre, alors que les écoles basculent vers un apprentissage en ligne.

Philippines (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le pays enregistraient un total de 840 500 cas de COVID-19 et près de 14 000 décès liés au virus. Le 1er mars, les Philippines ont débuté une campagne de vaccination. Le confinement et les restrictions diffèrent, en fonction des régions du pays. Les couvre-feux sont établis par les autorités locales et régionales. Les cours en présentiel sont suspendu dans les écoles et universités.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion aux Philippines ?

Les centres d’accueil de Compassion Philippines sont toujours fermés aux activités de grands groupes, toutefois, dans certaines régions, les jeunes ont la possibilité de se retrouver en petit groupes de 5 à 10, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les recommandations des autorités locales. De plus, ils mettent à disposition des familles des ressources en ligne pour les aider à faire l’école à la maison. Ils offrent également des équipements, des fournitures ainsi qu’un soutien moral aux parents qui ont du mal à aider leurs enfants dans leurs devoirs scolaires. Les membres du personnel des centres continuent de fournir une aide humanitaire aux familles et aux enfants. Plus d’un million de colis alimentaires et 622 000 kits d’hygiène ont pu leur être distribués. De plus, 107 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale durant cette période.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Aux Philippines, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Aux Philippines, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour les Philippines ?

Prions pour les cœurs et le bien-être mental des enfants qui ne peuvent se rendre à l’école. Pour mieux comprendre de quelle manière les centres d’accueil et Compassion Philippines a font face à la crise actuelle, suivez cette vidéo : Des nouvelles des Philippines

République dominicaine (mis à jour le 15/04/2021)

Les cas de COVID-19 diminuent en République Dominicaine. Au 7 avril, le pays dénombrait plus de 37 000 cas actifs de contamination, chiffre le plus bas depuis octobre 2020. A date, plus de 1,1 millions de personnes ont été vaccinées. Depuis le 2 mars, le couvre-feu national ainsi que les restrictions sur les entreprises ont été allégés. Le port du masque reste obligatoire dans les lieux publics.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en République Dominicaine ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Les centres d'accueil créent des programmes d’activités virtuels (des cours au format vidéo pour les enfants), et font les cultes en ligne. Ils donnent aussi des conseils par téléphone. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 188 000 colis alimentaires ainsi que 92 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. Le personnel des centres travaille également avec les docteurs locaux afin de faciliter les consultations en ligne avec les familles, et ont permis à 11 000 personnes de bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En République Dominicaine, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En République Dominicaine, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour la République Dominicaine ?

Prions pour que les enfants puissent continuer d'apprendre correctement, bien que les cours soient en ligne. Prions également pour le personnel des centres afin que Dieu leur accorde la sagesse.

Rwanda (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le Rwanda enregistrait 314 décès liés au coronavirus et 1930 cas actifs. Le pays a débuté sa campagne de vaccination le 5 mars dernier et projette de vacciner 30% de sa population, en 2021. Pour freiner cette augmentation, le gouvernement a renforcé les restrictions imposées aux entreprises et aux activités publiques. Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics mais également lors de rassemblements familiaux. Les écoles et les universités ont rouvert.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Rwanda ?

Les centres de parrainage ont rouvert leurs portes et accueillent de nouveau les enfants et les jeunes, par petits groupes, pour les cours et les activités. Les membres du personnel restent vigilants et suivent les recommandations des autorités locales. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 83 000 colis alimentaires ainsi que 534 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 55 000 personnes ont pu avoir accès à un soutien médical. Les cadeaux des parrains aux filleuls ainsi qu’à leurs familles sont distribués sous forme de transferts électroniques. Le bureau national de Compassion Rwanda travaille avec les membres du personnel des centres afin de leur offrir des conseils et un soutien en cette période difficile.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Rwanda, les lettres sont bien distribuées aux filleuls, bien que cela puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Rwanda, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Rwanda ?

Prions afin que Dieu accorde la santé aux étudiants. Prions pour qu’ils soient en mesure de bien apprendre, en particulier ceux qui ont manqué l’école durant les confinements.

Sénégal (mis à jour le 15/04/2021)

Le Sénégal compte à ce jour un peu moins de 40 000 cas de coronavirus. L'Etat encourage la population au maintien du strict respect des mesures barrières et du port correct du masque. En parallèle de ces mesures, une campagne de vaccination a débuté sur le territoire depuis le 25 février.

Comment s'organisent nos partenaires Ticket-Repas ?

Nos partenaires Ticket-Repas, après une période de fermeture, ou de fonctionnement au ralenti, ont repris progressivement leurs activités tout en appliquant les mesures de prévention contre la COVID-19.

Comment puis-je prier pour le Sénégal ?

Prions pour que Dieu soutienne les populations ainsi que le gouvernement dans ses prises de décisions. Remercions Dieu car nos partenaires Ticket-Repas peuvent continuer leurs activités pour le bien des plus vulnérables.

Sri Lanka (mis à jour le 15/04/2021)

Au 7 avril, le pays enregistrait 2300 cas actifs de COVID-19 et 593 décès liés au virus. A ce jour, plus de 925 000 personnes ont été vaccinées. Le Sri Lanka projette de vacciner toute la population d’ici le mois de mai. Le port du masque et la distanciation sociale sont toujours obligatoires et le lavage fréquent des mains est fortement recommandé.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Sri Lanka ?

Au Sri Lanka, les centres d’accueil ont cessé toutes les activités de groupe pour les enfants, en raison de la deuxième vague de contamination qui sévit actuellement . Certains membres du personnel rendent visite aux enfants et les soutiennent dans leurs études scolaires et leurs besoins médicaux, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils appellent les familles au moins une fois par semaine. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 164 000 colis alimentaires ainsi que 79 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. À ce jour, 5000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale. De plus, le personnel des centres a également pu distribuer des sacs de semences ainsi que des kits d’information sur la prévention contre les maladies, en accord avec les recommandations du gouvernement. Les enfants continuent d’écrire les lettres à leurs parrains depuis chez eux.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Sri Lanka, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Sri Lanka, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour le Sri Lanka ?

Prions pour le personnel des centres qui continue de servir les enfants et leurs familles, en dépit de cette période pandémique éprouvante.

Tanzanie (mis à jour le 15/04/2021)

Suite au décès du Président John Magagula, en mars dernier, le gouvernement tanzanien semble prendre de plus en plus au sérieux les dangers liés au coronavirus. Il encourage désormais les citoyens à prendre des précautions contre la COVID-19, notamment en adoptant le port du masque. Le gouvernement Tanzanien n’a communiqué aucune information concernant les cas de COVID-19, depuis le 8 mai 2020 et ne compte pas vacciner. Cependant, le Centre de Contrôle des Maladies soupçonne une augmentation rapide des cas de contamination à Dar es Salaam notamment, et prévient que le risque de contracter le coronavirus demeure élevé. De nombreux établissements de santé sont débordés, ce qui rend encore plus difficile le traitement des patients qui ont besoin de soins d’urgence.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Tanzanie ?

Depuis le 5 septembre 2020, les centres d’accueil de Compassion Tanzanie ont rouvert leurs portes avec, désormais, une reprise “normale” des activités. Les salles de classe ainsi que les équipements de terrain de jeu sont régulièrement désinfectés. Les centres accueillent un nombre limité d’enfants, qui viennent par roulement, afin de maintenir une bonne distanciation sociale. Sur place, des kits d’hygiène ainsi que de multiples stations de lavage de mains sont accessibles et les membres du personnel font de la prévention contre la COVID-19 auprès des enfants. Ils prient également pour eux ainsi que pour les parrains. Grâce au généreux soutien des parrains et des donateurs, 63 000 colis alimentaires ainsi que de 105 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. 30 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Tanzanie, bien que leur réception puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Tanzanie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour la Tanzanie ?

Prions pour que Dieu accorde sagesse, santé et sécurité au personnel des centres qui servent les enfants et leurs familles.

Tchad (mis à jour le 15/04/2021)

Le nombre de cas de coronavirus est en hausse au Tchad. La prévention reste donc de mise, et l'application des gestes barrières indispensable.

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Les activités de nos partenaires Projets et Ticket-Repas continuent moyennant une vigilance accrue et l'application des mesures de prévention. Chaque projet est l'occasion de sensibiliser encore davantage les populations aux mesures d'hygiène et au lavage des mains.

Comment puis-je prier pour le Tchad ?

Prions pour la santé des populations, alors que les cas de Covid augmentent. Prions pour que nos partenaires Projets continuent d’avoir les ressources nécessaires afin de pouvoir lutter pour le bien des personnes vulnérables dans leurs communautés, malgré la pandémie.

Thaïlande (mis à jour le 15/04/2021)

Le taux de contamination de COVID-19 est resté relativement bas depuis le début de la pandémie. Au 7 avril, la Thaïlande a signalé 3900 cas actifs et 96 décès. Le 1er mars, le pays a débuté une campagne de vaccination et compte immuniser 45% de sa population, en 2021. L’économie nationale est chancelante en raison de la baisse du tourisme, et la moitié des hôtels du pays sont fermés pour une durée indéterminée, laissant de nombreuses personnes sans revenu.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Thaïlande ?

Près des ¾ des centres d’accueil ont pu reprendre leur programme d’activité de façon “normale”, tout en maintenant les protocoles de prévention contre le virus. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 145 000 colis alimentaires ainsi que 79 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 4800 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Thaïlande bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Thaïlande, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment puis-je prier pour la Thaïlande ?

Prions pour une reprise économique afin que les familles puissent pourvoir aux besoins des leurs et prospèrent.

Togo (mis à jour le 15/04/2021)

Le Togo enregistre une hausse des cas de contamination de coronavirus. Au 7 avril, le pays enregistrait plus de 11 000 cas de COVID-19, un total de 113 décès et 9274 guérisons depuis le début de la crise. Actuellement, il compte environ 2600 cas actifs. Pour le premier semestre de 2021, le pays a reçu 636 000 doses de vaccin, de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé. Une enquête mondiale, menée par un groupe de réflexion australien, a classé le Togo comme deuxième pays d’Afrique ayant le mieux géré la crise sanitaire. Le port du masque ainsi que la distanciation sociale sont obligatoires partout. Les restaurants, les bars et les boîtes de nuit sont ouverts mais sont tenus de respecter les gestes barrières et les mesures d’hygiène. La plupart des services religieux et des églises restent fermés.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Togo ?

Certains centres d’accueil ont pu reprendre leurs rencontres par petits groupes. Les enfants ainsi que les jeunes participent aux cours et aux activités, tout en respectant les recommandations des autorités locales. Les membres du personnel continuent de rendre régulièrement visite aux bénéficiaires, quand cela est possible. Ils veillent sur la santé des enfants et de leurs familles et prient pour eux. Les centres d’accueil essayent d’évaluer les besoins des étudiants confinés afin de les aider du mieux que possible : ils leur offrent des cours de remise à niveau et assurent également le suivi auprès des jeunes en formation professionnelle. Dans certains centres, les mères apprennent à fabriquer des masques pour leurs familles mais également pour les vendre et en générer un revenu. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 521 600 colis alimentaires ainsi que 336 000 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 69 000 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Togo, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d'espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Togo, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Comment s'organisent nos partenaires Projets et Ticket-Repas ?

Les activités de nos partenaires se poursuivent que ce soit pour les projets de développement comme pour les projets Ticket-Repas, tout en veillant au respect des mesures de prévention contre la COVID-19. En plus de leurs activités usuelles, certains de nos partenaires ont mis en place des projets de sensibilisation aux bonnes pratiques d'hygiène face au coronavirus.

Comment puis-je prier pour le Togo ?

Prions pour la santé et la sécurité des enfants et de leurs familles. Prions également pour la réduction des cas actifs de COVID-19. Pour mieux comprendre de quelle manière les centres d’accueil et Compassion Togo font face à la crise actuelle, suivez cette vidéo : Des nouvelles du TogoPrions aussi pour nos partenaires Projets et Ticket-Repas qui ne ménagent pas leurs efforts au service des populations vulnérables.

RESTONS UNIS DANS LA PRIère

Nous le rappelons : dans cette situation inédite, restons unis avec nos partenaires dans la prière, et eux avec nous. 

« Nous prions pour toute votre équipe. Que Dieu vous garde et vous protège pendant cette tempête et qu'Il nous accorde la grâce de faire disparaitre ce virus dans le monde. En pensés et en prières avec vous, je vous envoie ma profonde affection en Christ. Mbote mingi ! » Une partenaire de RDC. 

Le Coronavirus ne connait pas de frontière : faisons en sorte que notre solidarité non plus !

Soutenons nos partenaires par la prière, ou par un don, à la hauteur de nos moyens :

Soutenir le fonds d'urgence Coronavirus

Informations complémentaires

Votre don sera affecté en priorité aux actions d’urgence de nos partenaires liées à la pandémie du Coronavirus. Si les montants nécessaires pour les couvrir venaient à être atteints, votre don sera affecté à une future urgence dans le monde. 

Les dons du SEL sont remis directement aux associations partenaires, gérées par des chrétiens, et viennent couvrir des dépenses engagées par elles seules. En aucun cas, le SEL ne verse de fonds à des instances intermédiaires (gouvernement, régions, mairie, etc.), parce que ce ne sont pas elles qui interviennent dans les projets de nos partenaires. Cela permet aussi une meilleure transparence et traçabilité dans l’emploi des fonds, d’autant plus que les dépenses effectuées par nos partenaires sont strictement contrôlées par le SEL.