Etat des lieux de la situation

Le coronavirus se répand actuellement dans le monde entier. Il s'agit d'une crise internationale, nous affectant tous d'une manière ou d'une autre. Dans les pays du Sud, les conséquences d'une telle pandémie sont d'autant plus graves. Pour les zones déjà en manque de ressources essentielles (eau potable, nourriture suffisante, accès aux soins de base), l'arrivée de ce nouveau virus ne fait qu'aggraver la situation. Si le taux de contamination et de mortalité dans les pays occidentaux est réellement alarmant, imaginez l'impact destructeur dans des pays déjà en difficulté. Nos partenaires sur le terrain œuvrent toujours plus pour préserver autant que possible leurs équipes et les bénéficiaires, autant au niveau des projets de développement que des centres de parrainage d'enfants. C'est pourquoi nous vous invitons à étendre l'élan de solidarité constaté ces dernières semaines en France, aux pays du Sud. Soutenons-nous les uns les autres, et incluons nos partenaires et nos bénéficiaires dans ce cercle d’entraide.

Retrouvez ci-dessous le livret spécial Coronavirus du mois de mai :

Voir le livret 

PARRAINAGE D'ENFANTS

La pandémie du Coronavirus étant mondiale, elle se répand également dans les pays où se trouvent les centres d’accueil de parrainage d’enfants. Ceux-ci se soumettent aux mesures prises par leur gouvernement, la priorité étant de continuer de protéger et de soutenir les enfants pris en charge, leur famille et le personnel des centres d’accueil. Bien que les activités des centres ne puissent plus se dérouler en groupe en raison de la limitation ou de l’interdiction des rassemblements, le personnel des centres continuera de garder le contact avec les enfants et de s’occuper de leur santé dans la mesure du possible. De nombreuses initiatives sont prises par le personnel des centres d'accueil pour continuer à aider les familles tout en respectant les mesures gouvernementales : par exemple partout où c’est possible et nécessaire distribution de nourriture, et suivant les endroits fabrication de gel hydroalcoolique (Kenya), création de masques pour le personnel de santé (Thaïlande), etc.

Nous répondons également à vos questions concernant les liens avec votre filleul dans la FAQ disponible ici. 

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

Tous les pays où nous soutenons des projets de développement sont actuellement touchés par la Covid-19. La plupart de ces pays ont mis en place des mesures préventives drastiques dès le début de la pandémie, et ce pendant plusieurs mois : fermeture des frontières, interdiction des rassemblements, fermeture des écoles et des lieux de cultes... Aujourd'hui, même si ces mesures sont assouplies (réouverture des écoles etc...), port du masque et gestes barrières restent plus que jamais de vigueur. 

Concernant nos partenaires, certains en sont plus touchés que d’autres, mais tous se sont mobilisés pour soutenir les plus vulnérables. Dans l'ensemble les activités se poursuivent moyennant des ajustements afin de respecter les mesures de prévention. En parallèle de leurs activités usuelles plusieurs de nos partenaires mettent également en place des projets de sensibilisation aux gestes barrières.

Nos partenaires sur le terrain insistent depuis toujours sur l'importance de l'hygiène et plus spécifiquement du lavage des mains, afin de prévenir les maladies. Tous les bénéficiaires, petits ou grands, sont sensibilisés à cela pour déjà avoir les bons réflexions. Face à cette pandémie, des rappels sur ces bonnes pratiques sont faits grâce à des affiches illustrées par exemple.

Dans cette situation inédite, nous restons unis avec nos partenaires dans la prière, et eux avec nous, comme en témoigne un partenaire de la République démocratique du Congo : « En cette période où le Coronavirus, une pandémie très cruelle et mortelle qui plonge le monde dans une panique sans précédent, ayant des conséquences dans tous les domaines de la vie courante ; au nom de notre association et du mien propre, nous vous faisons parvenir ce message d’espoir et de réconfort pour que nous puissions toujours garder la tête haute. Il est important que nous continuions à implorer la grâce du Seigneur, parce qu’il est la solution. » Une FAQ est également disponible ici, afin de répondre dans la mesure du possible à vos questions. Soutenons nos partenaires par la prière, ou par un don, à la hauteur de nos moyens :

Soutenir le fonds d'urgence Coronavirus

SUIVI DE LA SITUATION PAR PAYS

Vous trouverez ci-dessous les répercussions des mesures préventives sur les centres d’accueil de parrainage d’enfants et sur les projets de nos partenaires, répertoriés par pays. Notre équipe s’efforce de garder ces informations aussi à jour que possible. Nous vous invitons donc à venir régulièrement sur cette page pour suivre l’évolution de la situation dans ces différents pays.

Bangladesh (mis à jour : 04/11/2020)

Une seconde vague de COVID-19 a récemment frappé le Bangladesh qui a dénombré plus de 80 000 cas actifs, le 15 Octobre. En tout, plus de 337 500 cas ont déjà été signalés et plus de 4700 décès. On estime que 72% de la population est au chômage en raison des restrictions liées aux déplacements ainsi qu’aux fermetures des lieux de travail. La moitié de la population est maintenant en situation d’insécurité alimentaire. Le pays est également aux prises avec la pire inondation depuis une décennie, laissant un demi-million de personnes sans abri.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Bangladesh ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel des centres d’accueil travaillent à la création de programmes d’activités virtuels. Ils continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. De nombreuses familles n’ont aucune source de revenu et peuvent bénéficier donc d’une aide financière, leur permettant d’acheter les biens de première nécessité. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 189 115 colis alimentaires ainsi que 189 673 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. De plus, 3419 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les lettres sont-elles distribuées ?

À ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres de parrainage de Compassion Bangladesh. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils remis aux bénéficiaires ?

Au Bangladesh, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Bénin (mis à jour le 10/11/2020)

Les zones en quarantaine sont déconfinées progressivement. Les autres mesures de prévention (port du masque, lavage de mains etc.) restent obligatoires et toute personne entrant sur le territoire béninois doit être dépistée. La rentrée scolaire a pu se faire comme prévue le 28 septembre, moyennant le maintien de mesures de prévention drastiques dans les classes (masques, lavage des mains etc...) Les restaurants, bars et lieux de culte sont toujours accessibles depuis le 2 juin, à condition également de respecter les mesures sanitaires. 

Concernant nos partenaires, les activités se poursuivent tout en maintenant des mesures drastiques de prévention (renforcement des dispositifs lave-mains, sensibilisation aux gestes barrières, etc…). Chaque projet est une opportunité pour nos partenaires, quelque soit leur domaine habituel d'intervention, de sensibiliser les populations sur l'hygiène et la santé.

Burkina Faso (mis à jour le 10/11/2020)

Le Burkina Faso fait face à ce que les organisations humanitaires appellent une triple crise : la COVID-19, les inondations généralisées et la violence armée. Ces attaques ont forcé plus d’un million de personnes à quitter leurs maisons et ont causé la fermeture de 12% des centres de santé du pays. Les femmes enceintes directement concernées sont très vulnérables car il leur est devenu impossible d'avoir accès aux soins prénataux.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Burkina Faso ?

À ce stade, tous les centres d’accueil du Burkina Faso sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les budgets ont, quant à eux, été réajustés afin de s’assurer que les enfants ainsi que leurs familles bénéficient de nourriture et de produits d’hygiène en quantité suffisante. Les membres du personnel des centres continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, ils ont pu distribuer 464 933 colis alimentaires et 299 190 kits d’hygiène aux enfants et à leurs familles ! Ils ont également aidé 27 987 personnes à avoir accès à des soins médicaux et continuent de faire de la prévention contre la COVID-19. Enfin, certains d’entre eux ont pu aider des familles à construire des stations de lavage à utiliser chez eux.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

La plupart des lettres sont retardées au Burkina Faso ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Burkina Faso, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Les projets de développement au Burkina Faso

Avec la rentrée, les cantines scolaires de nos partenaires Ticket-Repas fonctionnent à nouveau moyennant l'application des mesures de prévention afin de garantir la sécurité sanitaire de chacun. Pour ce qui est de nos partenaires projets de développement, les activités se poursuivent également autant que cela est possible, en appliquant les gestes barrières et en profitant de chaque occasion pour sensibiliser les populations bénéficiaires sur les questions d'hygiène. Face à l'insécurité alimentaire grandissante, nos partenaires ont également été nombreux à soutenir leurs bénéficiaires par un appui en vivres.

Bolivie (mis à jour le 04/11/2020)

Le Ministère de la Santé Bolivien a signalé un ralentissement des nouveaux cas d’infections de COVID-19, avec un taux de rétablissement de 71%. Le 1er Octobre, le pays est entré dans une nouvelle phase de déconfinement, permettant la reprise des activités commerciales, sportives, culturelles et religieuses. À ce jour, les cours en ligne comme en présentiel sont annulés : 2 millions d’élèves n’auront pas cours au moins jusqu’en 2021.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion en Bolivie ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés en Bolivie afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel travaillent à créer des programmes d’activités virtuels. Ils continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Le bureau national de Compassion Bolivie a déployé des équipes de médecins et psychologues pour soutenir les centres d'accueil et a mis en place des formations afin de les aider à reprendre les activités en toute sécurité. Les centres s’emploient à fournir de la nourriture, du matériel de prévention contre les maladies et des fournitures d’hygiène aux bénéficiaires et à leurs familles. Depuis le début de la crise, les membres du personnel ont pu distribuer 513 406 colis alimentaires et 242 458 kits d’hygiène. De plus, 7830 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Bolivie, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Bolivie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Brésil (mis à jour le 04/11/2020)

Le 15 Octobre, au Brésil, le nombre de cas de COVID-19 a dépassé les 5,1 millions et les spécialistes de la santé craignent une seconde vague. Le pays dénombre plus de 155 000 décès, deuxième nombre le plus élevé au monde. Les villes de Sao Paolo et de Rio de Janeiro ont été les plus frappées. Des millions de personnes se retrouvent sans emploi et le gouvernement s’apprête à réduire les paiements versés aux travailleurs du secteur informel qui bénéficiaient, auparavant, de l’appui du gouvernement. Au Brésil, au moins quatre vaccins potentiels, produits par l’Occident ainsi que par des industries Chinoises, sont déjà à l’essai ou le seront très prochainement.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Brésil ?

Après des mois de quarantaine, et en accord avec les autorités locales, plusieurs centres d'accueil de parrainage rouvrent progressivement leurs portes. De nouveaux protocoles stricts de santé et d'hygiène sont à suivre, mais rien ne saurait troubler l'enthousiasme des enfants. Les membres du personnel des centres d'accueil travaillent à créer des programmes d’activités virtuels pour les enfants qui ne pourraient pas se rendre dans leur centre d'accueil. De plus, ils continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, leur rendre visite tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Les centres partagent des histoires de la Bible, fournissent des cours et prient pour les enfants et leurs familles. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 269 924 colis alimentaires ainsi que et 209 137 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles, et 14 150 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Brésil, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Brésil, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Cameroun (Nord) (mis à jour le 10/11/2020)

Les écoles ont fait leur rentrée le 5 octobre, dans un contexte de crise sanitaire et sécuritaire. Les mesures barrières sont toujours en vigueur et les frontières fermées. Toutefois le gouvernement lutte contre le "corona-scepticisme" et doit renforcer la sensibilisation à ce sujet.

Projets de développement : La sensibilisation étant indispensable, en particulier en zone rurale, certains partenaires ont mis en place des projets de sensibilisation au bénéfice des ménages vulnérables. Malgré la pandémie toujours d'actualité, un autre partenaire est en train de mettre en place la deuxième année de son projet agricole afin d'appuyer les populations vulnérables, tout en prenant les précautions nécessaires face au virus.

Colombie (mis à jour : 04/11/2020)

La Colombie a récemment levé son état d’urgence national, permettant à tous les secteurs de l’économie de reprendre leurs activités. Cependant, le Ministre de la Santé du pays a déclaré, le 7 Octobre, que la quarantaine pourrait à nouveau être décidée si les cas de COVID-19 continuent d’augmenter. Le pays a signalé 966 000 cas d’infections et plus de 29 000 décès. On estime qu’un Colombien sur dix a perdu son emploi durant la pandémie.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion en Colombie ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommendations faites par les autorités locales. Les membres du personnel veillent, cependant, à ce qu’aucun enfant ne soit victime de violence ou d’abus au sein de son foyer et accompagnent les familles qui ont été testées positives à la COVID-19. Les membres du personnel travaillent à créer des programmes d’activités virtuels. Ils créent des kits d'activités à réaliser à la maison et certains ont même été en mesure d'organiser des fêtes d'anniversaire à distance. En outre, le personnel des centres d'accueil travaille à l’élaboration de cours en ligne et de méditations à partager en famille. Ils continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 410 521 colis alimentaires ainsi que 210 491 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et leurs familles. Dans les régions où la nourriture ne peut être livrée, le personnel des centres d'accueil distribue des bons d'achat utilisables dans les marchés locaux. De plus, 7475 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Colombie, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Colombie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Congo (Brazzaville) (mis à jour le 10/11/2020)

L'état d'urgence sanitaire est prolongé compte-tenu de la progression de la pandémie. La rentrée scolaire aura lieu de façon échelonnée en fonction du niveau (université, écoles primaires etc...) en accordant une première réouverture pour le rattrapage de l'année scolaire 2019-2020, avant de faire une rentrée au titre de l'année 2020-2021. Les frontières aériennes ont été réouvertes, mais avec une condition de mise en quarantaine à l'arrivée suivant la provenance des voyageurs.

Nous avons un partenaire Ticket-Repas qui a effectué des distributions de vivres aux enfants pendant la période de fermeture afin de remplacer la cantine scolaire. Pendant l'été, il a également renforcé ses activités d'élevage afin de servir d'atelier ludique pour les enfants.

Congo (République Démocratique) (mis à jour le 10/11/2020)

La RDC a levé l'état d'urgence sanitaire le 21 juillet et la réouverture des frontières aériennes est effective depuis le 15 août.  La rentrée scolaire a eu lieu le 12 octobre au titre de l'année 2020-2021. Les mesures préventives sont maintenues comme le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics et le lavage des mains.  Le gouvernement reconnait l'importance de la sensibilisation et de la prévention pour la lutte contre la Covid-19 et entend bien faire tout son possible pour développer encore davantage une prise de conscience collective de la population face au virus. 

Les projets Ticket-Repas continuent de fonctionner avec des ajustements en ce qui concerne les mesures de prévention afin de garantir autant que possible la sécurité sanitaire des bénéficiaires. En ce qui concerne nos autres partenaires, les activités se poursuivent également, tout en respectant les mesures de prévention et en profitant de chaque occasion pour sensibiliser les populations aux bonnes pratiques d'hygiènes.

Côte d’Ivoire (mis à jour le 10/11/2020)

Le gouvernement Ivoirien exhorte la population a plus de vigilance et de prudence pour lutter contre la propagation du virus. Les vols internationaux ont repris depuis le 1er juillet. Les écoles ont officiellement commencé l'année académique 2020-2021 le 14 septembre. Les gestes barrières et autres mesures de prévention sont toujours en vigueur dans tous les lieux publics.

Nos partenaires continuent leurs actions au service des plus vulnérables tout en  prenant les précautions nécessaires à la non propagation du virus. 

Équateur (mis à jour le 04/11/2020)

L’Equateur a confirmé près de 169 000 cas de COVID-19 et plus de 12 000 décès, dont la majorité à Quito. Les secteurs du commerce, de l’industrie, du tourisme, du transport et de la santé ont été sévèrement affectés par le ralentissement économique, et les experts estiment qu’une hausse du chômage poussera de nombreuses familles dans l’extrême pauvreté. De plus, les groupes autochtones du pays ont été durement touchés par le virus ; les personnes vivant en zone rurale ont difficilement accès aux tests ou aux hôpitaux. Les couvre-feux sont toujours en place et le port du masque ainsi que la distanciation sociale sont vivement encouragés. Toutefois, les tests restent extrêmement limités et le taux de décès indique que le nombre de cas positifs dépasse le nombre de cas signalés.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion en Equateur ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel des centres continuent d’apporter un soutien émotionnel et spirituel aux familles en les appelant régulièrement. Dans certaines communautés, ils rendent visite aux enfants, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils créent aussi des programmes d’activités virtuels. Le bureau national de Compassion Equateur a également été en mesure d’apporter des conseils et un soutien émotionnel à plus de 2500 directeurs de centres d’accueil. De plus, des cultes, des réunions de prière en ligne et des formations sur la protection de l’enfance ont pu être organisés.

Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 372 586 colis alimentaires ainsi que et 96 123 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et leurs familles. De plus, depuis le début de la pandémie, 14 746 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale, grâce aux consultations en ligne.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Equateur, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Equateur, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

El Salvador (mis à jour le 04/11/2020)

À ce jour, le Salvador a signalé plus de 34 000 cas de COVID-19 et plus de 900 décès. Les entreprises opèrent désormais sans aucune restriction. Les cours en présentiel, pour les écoles ainsi que les universités, restent suspendus jusqu’au 31 décembre. Le pays a rouvert les aéroports pour les vols internationaux. Il met en avant le tourisme afin de soutenir l’économie et rétablir les emplois perdus.

Comment s'organisent les centres de parrainage de Compassion au Salvador ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel continuent de soutenir les familles vulnérables en leur apportant de la nourriture et des médicaments, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Les centres fournissent également des ressources pour aider les familles à créer leur potager, et développent des cours particuliers en ligne afin que les enfants continuent d’apprendre à distance. Grâce à la radio, Compassion Salvador a pu adresser aux communautés des messages encourageants et partager des informations de santé publique. Le personnel de certains centres a été en mesure d’arranger de petites célébrations d’anniversaire virtuelles pour les enfants. Plusieurs d’entre eux ont formé des groupes de prière afin de prier pour les enfants durant cette période. A ce jour, les membres du personnel des centres ont pu distribuer 245 111 colis alimentaires et 125 114 kits d’hygiène. 32 898 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

À ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres de parrainage de Compassion Salvador. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Quel jour de joie ce sera pour lui lorsqu’il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Salvador, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Éthiopie (mis à jour le 04/11/2020)

La COVID-19, les inondations ainsi que l’invasion de criquets engendre une crise humanitaire de grande ampleur en Ethiopie. Certaines régions enregistrent une hausse de 50% des hospitalisations, du fait de la sévère malnutrition. En raison du ralentissement économique et de la destruction des récoltes les familles luttent pour avoir un salaire et de quoi se nourrir. Le 14 Octobre, le premier Ministre a annoncé que le pays augmentera son budget de santé de 46%, afin de répondre aux besoins engendrés par la pandémie.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Éthiopie ?

Tous les centres d’accueil sont actuellement fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel travaillent à créer des programmes d’activités virtuels. Ils continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale.

Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, 573 430 colis alimentaires ainsi que 344 759 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 22 464 personnes ont pu bénéficier d’un soutien médical. Les équipiers des centres d’accueil veillent attentivement sur les enfants et surveillent tout signe d’abus. Aussi, le personnel s’est assuré que les 526 centres d’accueil, répartis dans le pays, disposent d’installations de lavage de mains pour les enfants, les familles et les communautés. Récemment, des inondations ont affecté certaines parties du pays. Les membres de Compassion Éthiopie visitent donc les centres d’accueil touchés afin de leur offrir l’aide nécessaire.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

La plupart des lettres sont retardées en Ethiopie ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Éthiopie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Ghana (mis à jour le 04/11/2020)

Jusqu'à présent, le Ghana a pu éviter une seconde vague de cas de COVID-19. En date du 26 octobre, le pays n’avait reporté que 387 cas de contamination. Dans un discours, diffusé à la télévision, le président Ghanéen a attribué cela à l’efficacité des mesures gouvernementales, à la coopération des citoyens et à la grâce de Dieu. Le gouvernement a rouvert son aéroport principal aux passagers des vols internationaux, avec des exigences strictes : chaque voyageur doit obligatoirement se soumettre à un test de dépistage du coronavirus. Le confinement a été levé dans certaines grandes villes du pays. Les cultes peuvent maintenant durer jusqu’à deux heures. Après 7 mois de fermeture, les écoles ont pu rouvrir leurs portes aux collégiens et lycéens, au début du mois d’Octobre. Le pays prévoit une réouverture totale des écoles, pour les autres niveaux, en Janvier 2021.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Ghana ?

Plusieurs centres d’accueil de Compassion Ghana ont commencé à reprendre leur activité. Ils ont invité les enfants et les adolescents à venir au centre par petits groupes, afin de prendre de nouvelles photos, d’écrire des lettres à leurs parrains, mais également pour faire de courtes leçons avec leurs tuteurs. Certains centres, encore fermés, ont été en mesure de travailler avec des chaînes de télévision locales et ont pu, grâce à elles, diffuser des cours pour les étudiants. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils continuent également de gérer les examens médicaux, les soins en urgence, les interventions liées à la protection de l’enfance et sont une réponse au désastre des bénéficiaires. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, ils ont été en mesure de distribuer 98 036 colis alimentaires ainsi que 93 182 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. Ils ont également pu assurer un soutien médical à près de 25 883 personnes.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Ghana, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Ghana, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Guatemala (mis à jour le 04/11/2020)

Le 1er Octobre, le gouvernement du Guatemala a permis la réouverture des théâtres, des bars, des salles de sports, des parcs nationaux et de certains sites touristiques. Des limites d’affluence ainsi que d’autres mesures restrictives sont en place dans les villes où le virus continue de se répandre, notamment à Guatemala city. À ce jour, toutes les écoles restent fermées et le port du masque est obligatoire dans les lieux publics. Un couvre-feu national est en vigueur de 21h00 à 4h00. Le pays a signalé plus de 100 000 cas d’infections et plus de 3500 décès.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Guatemala ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Le personnel bénévole, prie chaque semaine, avec les enfants et rapportent aux responsables des centres tout souci ou besoin des familles. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 376 724 colis alimentaires ainsi que 135 459 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. De plus, ils ont permis à 7265 personnes de bénéficier d’une assistance médicale. Enfin, ils ont également pu distribuer des kits d’art, des magazines pour enfants mais aussi les cadeaux des parrains.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

La plupart des lettres sont retardées au Guatemala ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Guatemala, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Haïti (mis à jour le 04/11/2020)

Haïti a signalé plus de 9000 cas de COVID-19 et au moins 231 décès liés à la pandémie, bien que les employés du secteur médical indiquent que les chiffres pourraient être beaucoup plus élevés. De nombreux Haïtiens ont une profonde méfiance envers le gouvernement et le système de santé publique et préfèrent donc s’auto-traiter à la maison. De plus, les hôpitaux et les cliniques étaient déjà surchargés bien avant la pandémie puisque beaucoup d’Haïtiens ont besoin de soin du fait de problèmes de santé chroniques tel que la malnutrition, les diabètes et l’hypertension. Le gouvernement a imposé un couvre-feu de 00h00 à 4h00 et le port du masque dans les lieux publics. Les étudiants ont tout de même pu reprendre les cours au mois d’août.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion à Haïti ?

Tous les centres d’accueil de Compassion Haïti ont repris leurs activités sur site. Ils suivent des protocoles stricts afin de protéger les enfants contre le coronavirus, qui continue d’affecter le pays. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, ils ont été en mesure de distribuer 162 427 colis alimentaires ainsi que 92 192 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. 12 756 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Haïti, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Haïti, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Honduras (mis à jour le 04/11/2020)

Le taux de dépistage du coronavirus est extrêmement bas au Honduras. Il est donc difficile d’avoir une vision claire de la manière dont le pays a été affecté. Le nombre de cas positifs a au moins dépassé les 85 000 cas. Au Honduras, le système de santé publique est limité, c’est pourquoi des « hôpitaux » mobiles ont spécialement été mis en place pour les patients atteints de la COVID-19. Le gouvernement a autorisé la réouverture progressive des entreprises. Les aéroports recommencent à fonctionner et les touristes étrangers peuvent désormais entrer dans le pays s’ils ont été testés négatifs au coronavirus.

Comment Compassion Honduras œuvre actuellement ?

Les programmes et activités des centres d’accueil de Compassion Honduras restent suspendus afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Cependant, des vidéos de leçons sont enregistrées pour les enfants. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, ils ont été en mesure de distribuer 157 909 colis alimentaires ainsi que 95 833 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. Depuis le début de la pandémie, 2150 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale. Toutes les personnes qui livrent les provisions aux familles ont reçu une formation par les autorités locales sur les mesures de sécurité à respecter.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Honduras, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ? 

Au Honduras, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Indonésie/Indonésie de l’Est (mis à jour le 04/11/2020)

L’Indonésie a officiellement signalé près de 13 000 décès liés à la COVID-19, le nombre de décès le plus élevé en Asie du Sud-Est. Au 22 Octobre, on dénombrait plus de 63 000 cas actifs. La capitale Indonésienne Jakarta a, toutefois, assoupli ses mesures de restrictions, indiquant une baisse des nouveaux cas actifs dans la ville.

Comment Compassion Indonésie œuvre actuellement ?

Les centres d’accueil de Compassion Indonésie restent fermés aux activités, bien que certains aient rouvert à des fins administratives et afin de préparer le retour des enfants. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils leur apportent de la nourriture et les aident dans leurs jardins. Pour que les enfants continuent d'avoir accès aux ressources des centres d'accueil, plusieurs dispositifs ont été mis en place, tels que : la distribution de tracts, la diffusion de programmes à la radio et la diffusion de leçons en direct. Les bénéficiaires les plus âgés des centres ont également aidé les membres du personnel à enregistrer des vidéos de leçons destinées aux plus jeunes.

Depuis le début de cette pandémie, les membres du personnel des centres d'accueil ont pu distribuer 771 376 colis alimentaires ainsi que 606 302 kits d’hygiène aux familles bénéficiaires. De plus, 52 052 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

En Indonésie, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

En Indonésie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Kenya (mis à jour le 04/11/2020)

Le Kenya expérimente une nouvelle hausse des cas de COVID-19. Dans le pays, plus de 52 000 personnes ont été testées positives et 964 décès ont été dénombrés. Les chercheurs scientifiques ont indiqué que deux tiers des kenyans, ont connu des difficultés financières du fait de la pandémie. De plus, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a augmenté de 38%. Le gouvernement a débuté une phase de réouverture des écoles et le président a annoncé que les églises peuvent, désormais, accueillir un tiers des membres de leurs communautés.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Kenya ?

La majorité des centres d'accueil de Compassion Kenya n'ont pas rouvert, toutefois, le personnel développe des programmes virtuels pour continuer d’animer les journées des jeunes et des enfants. Dans les régions où le risque de transmission locale du virus est moindre de petits groupes se rassemblent dans les centres tout en respectant les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils sont un soutien psychologique pour les enfants et leurs familles qui vivent une anxiété causée par la pandémie. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, le personnel des centres d’accueil a été en mesure de distribuer 145 948 colis alimentaires ainsi que 22 400 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. Ils ont également apporté un soutien médical à 18 953 personnes.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Kenya, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Kenya, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Madagascar (mis à jour le 10/11/2020)

L'urgence sanitaire est maintenue, mais le couvre-feu a été levé et les frontières aériennes sont réouvertes, moyennant des directives strictes pour prévenir la propagation du coronavirus. Quant aux écoles primaires, elles devraient faire leur rentrée le 26 octobre pour l'année 2020-2021.

Parrainage d'enfants :

Toutes les activités des centres d’accueil de parrainage sont suspendues depuis le 20 mars. Nos partenaires gardent le contact régulier avec les familles : une aide alimentaire est apportée et les gestes barrières sont rappelés à tous. Un atelier de confection de masque a été mis en place par notre partenaire à Tamatave, suite à la hausse des prix. Ces masques en tissu seront distribués aux enfants, leur famille ainsi que tout le personnel des centres d'accueil. Ils prévoient également d'installer des bidons, chacun muni d'un robinet. Ce système simple pour le lavage des mains au savon sera mis en place aussi largement que possible. A Tananarive, Le personnel des centres est en mesure de rendre visite aux bénéficiaires ainsi que leurs familles. Durant ces visites, ils leur enseignent les gestes barrières et les précautions à prendre pour éviter la contamination et la propagation du coronavirus. Le personnel, leur apporte également un soutien moral, spirituel mais aussi financier afin de permettre aux familles l'achat de produits essentiels comme de la nourriture et de l'eau potable.

Projets de développement :

La plupart de nos partenaires Ticket-Repas ont mis en place des projets de sensibilisation aux gestes barrières et ont distribué des kits alimentaires, pour les familles les plus vulnérables. Avec la rentrée scolaire, les activités de cantines de nos partenaires reprennent, tout en respectant les gestes barrières.

Mali (mis à jour le 10/11/2020)

Un état de transition est actuellement en place. L'état d'urgence sanitaire est toujours maintenu, mais le couvre-feu a été levé. Le port du masque reste également obligatoire dans tous les lieux publics. 

Mexique (mis à jour le 04/11/2020)

Le Mexique a enregistré plus de 87 000 décès liés à la COVID-19 dont plus de 1700 personnes du personnel soignant. Les professionnels de la santé représentent environ 15% des cas confirmés au Mexique. La pandémie a gravement affecté l’économie, la poussant dans la récession la plus profonde qu’elle ait connu depuis la Grande Dépression des années 1930. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, il est difficile de connaître l’étendue réelle de la pandémie au Mexique étant donné le faible taux de dépistage.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Mexique ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Cependant, 82% des centres réalisent des activités en ligne afin de permettre aux enfants d’apprendre depuis chez eux. Les membres du personnel des centres continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Tous les centres ont reçu des flyers sur la prévention contre la maladie et son traitement, qu’ils peuvent imprimer et distribuer dans leurs communautés.

Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 224 354 colis alimentaires, ainsi que 124 897 kits d’hygiène. De plus, 7117 personnes ont pu bénéficier d'une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Mexique, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Mexique, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Nicaragua (mis à jour le 04/11/2020)

Le Ministère de la Santé du Nicaragua a signalé une diminution des nouveaux cas de COVID-19. Les chiffres officiels annoncent plus de 5300 cas positifs et 154 décès. Cependant, selon un rapport datant du 9 Octobre, réalisé par un réseau de docteurs et de bénévoles, le nombre de décès dans le pays dû à la COVID-19 avoisinerait plutôt les 2760 cas. On signale également une hausse du taux de malnutrition dans tout le pays. Le Nicaragua a réouvert ses frontières aux touristes.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Nicaragua ?

Afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales, les centres d’accueil de Compassion Nicaragua ne tiennent pas de réunions ni d’activités de groupe ; cependant, les membres du personnel de nombreux centres ont commencé à élaborer des plans de réouverture. Ils travaillent à la création de programmes d’activités virtuels. Ils ont également réussi à arranger des consultations en ligne pour les enfants qui ont besoin de soins médicaux. Les tuteurs veillent sur les enfants en leur envoyant régulièrement des messages encourageants et peuvent, dans certaines communautés, leur rendre visite tout en respectant les mesures de distanciation sociale.

Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 184 328 colis alimentaires ainsi que et 90 212 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. De plus, 3593 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres de parrainage de Compassion Nicaragua. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les cadeaux sont-ils distribués ?

Les cadeaux continuent d’être distribués au Nicaragua, bien qu’ils soient retardés. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a reversé des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Niger (mis à jour le 10/11/2020)

La situation au Niger reste difficile, entre insécurité, propagation du coronavirus, et fortes inondations. La rentrée scolaire 2020-2021 a été repoussée et a eu lieu le 15 octobre.

Les partenaires sur le terrain continuent leur oeuvre auprès des populations vulnérables tout en respectant du mieux possible les gestes barrières.

OUGANDA (MIS A JOUR LE 04/11/2020)

Après une hausse des cas de COVID-19 en Septembre, l’Ouganda a constaté une baisse du taux d’infection. Le pays comptabilise, à ce jour, plus de 12 000 cas positifs et 112 décès. Les autorités sanitaires indiquent que les dons de sang ont fortement diminué depuis le début de la pandémie, provoquant ainsi une pénurie nationale. Le 15 Octobre, les universités et écoles supérieures ont rouvert leurs portes afin de permettre aux étudiants de passer leurs examens finaux. Les cultes ont également repris avec, toutefois, un nombre limité de 70 personnes dans les salles. Un couvre-feu national reste en place de 21h00 à 6h00.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Ouganda ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Le personnel des centres d’accueil continue d’évaluer les besoins des enfants et de leurs familles, et y répond au moyen de pensions alimentaires et autres ressources locales. De plus, ils gardent un contact téléphonique avec les enfants et leur rendent visite quand cela est possible. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 88 974 colis alimentaires ainsi que 217 107 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. 41 386 personnes ont également pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont bien distribuées en Ouganda, bien que leur réception puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Ouganda, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Pérou (mis à jour le 04/11/2020)

En date du 31 octobre, le Pérou a signalé plus de 900 000 cas de contaminations et plus de 34 000 décès liés au coronavirus. Le gouvernement a prolongé les mesures de confinement national jusqu’au 18 décembre. Les enfants âgés de moins 12 ans sont tenus de rester chez eux et ne peuvent quitter leur domicile qu’une heure par jour, accompagnés d’un adulte, et dans un rayon de 500 mètres. Les adultes de plus de 65 ans ainsi que les personnes à risque ne peuvent quitter leur domicile sauf pour aller à l’épicerie, à la banque, à la pharmacie ou en cas d’urgence médicale. Le port du masque en public est obligatoire et une distance d’au moins 1 mètre entre chaque personne doit être maintenue. Tous les évènements, y compris ceux tenus dans les maisons et en famille, sont interdits.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Pérou ?

Tous les centres de parrainage ont suspendu leurs activités. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils veillent sur les enfants et les familles les plus vulnérables qui font face à l’extrême pauvreté, à des risques d’abus ou encore à des complications de santé. Les centres se focalisent sur le soin des enfants, notamment sur le plan :

  • Physique : grâce à des consultations médicales en ligne et à la prévention contre les maladies
  • Emotionnel : grâce à des consultations à distance
  • Social : par des contacts et des visites régulières, lorsque c’est possible
  • Spirituel : par des conseils, des temps de partage et de prière.

Les centres d’accueil travaillent étroitement avec les autorités locales pour aider les familles bénéficiaires. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, le personnel des centres a été en mesure de distribuer 440 407 colis alimentaires ainsi que 242 702 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. De plus, 19 789 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale durant la pandémie.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

La plupart des lettres sont retardées au Pérou ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Pérou les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Philippines (mis à jour le 04/11/2020)

Les Philippines ont récemment été touchées par le typhon Goni qui a été particulièrement violent. Depuis, les conditions de vie de milliers de personnes se sont sévèrement dégradées, notamment dans les provinces de Catanduanes et Albay.

Concernant la situation sanitaire, le gouvernement a décidé un allégement des restrictions, ce qui permet à davantage d’entreprises d’opérer et aux personnes de quitter leurs domiciles, tout en respectant les protocoles sanitaires. L’année scolaire a bien débuté, mais l’apprentissage se fait à distance grâce avec l’aide du gouvernement qui a fait imprimer des paquets de cours pour les élèves. Les enseignants répondent aux questions par téléphone et collectent les devoirs des élèves à des endroits désignés.

 

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion aux Philippines ?

Les centres d’accueil de Compassion Philippines sont toujours fermés aux activités de grands groupes, toutefois, dans certaines régions, les jeunes ont la possibilité de se retrouver en petit groupes de 5 à 10, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les recommandations des autorités locales. De plus, ils mettent à disposition des familles des ressources en ligne pour les aider à faire l’école à la maison. Ils offrent également des équipements, des fournitures ainsi qu’un soutien affectif aux parents qui ont du mal à aider leurs enfants dans leurs devoirs scolaires.

Les membres du personnel des centres continuent de fournir une aide humanitaire aux familles et aux enfants. Ils ont été en mesure de leur distribuer 635 107 colis alimentaires et 361 187 kits d’hygiène. De plus, 46 458 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale durant cette période.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Aux Philippines, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les cadeaux sont-ils distribués ?

Les cadeaux continuent d’être distribués aux Philippines, bien qu’ils soient retardés. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a reversé des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

République dominicaine (mis à jour le 04/11/2020)

La République dominicaine a dénombré près de 125 000 cas de COVID-19 faisant d’elle l’île ayant le taux d’infection le plus élevé de toute la Caraïbe. Peu de temps après la reprise de la plupart des secteurs d’activité en juillet, les cas de COVID-19 ont commencé à se multiplier. Cette reprise visait à stimuler l’industrie du tourisme, dont de nombreux citoyens dépendent. De plus, le pays a récemment été frappé par des ouragans.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en République Dominicaine ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils travaillent également avec les docteurs locaux afin de faciliter les consultations téléphoniques avec les familles. Les centres créent des programmes d’activités virtuels : des cours en vidéos pour les enfants, mais également des cultes. Ils donnent aussi des conseils par téléphone.

Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, ils ont été en mesure de distribuer 113 334 colis alimentaires ainsi que 47 597 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. Ils travaillent également avec les docteurs locaux afin de faciliter les consultations en ligne et ont permis à 3126 personnes de bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres de parrainage de Compassion République Dominicaine. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Quel jour de joie ce sera pour lui lorsqu’il les recevra !

Les cadeaux sont-ils distribués ?

Les cadeaux continuent d’être distribués en République Dominicaine, bien qu’ils soient retardés. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a reversé des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Rwanda (mis à jour le 04/11/2020)

Depuis le 14 septembre, le Rwanda a constaté une augmentation des guérisons et une baisse du nombre de nouveaux cas. Au 26 octobre, le pays a enregistré 34 décès et comptabilise moins de 750 cas actifs. La plupart des entreprises, dont les restaurants, les hôtels, les magasins et les opérations de tourismes, ont rouvert. Les vols internationaux ont repris, toutefois, les frontières terrestres restent fermées. Les élèves des écoles primaires et des collèges retourneront en classe le 2 novembre. Le couvre-feu national a été modifié et est désormais mis en place de 22h00 à 4h00.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Rwanda ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Les membres du personnel continuent d’appeler les familles et peuvent, dans certaines communautés, rendre visite aux enfants tout en respectant les mesures de distanciation sociale. De petits groupes ont pu se réunir pour s’occuper des jardins et du bétail.

Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, 78 478 colis alimentaires ainsi que 326 415 kits d’hygiène ont pu être distribués aux enfants et à leurs familles. De plus, 17 389 personnes ont pu avoir accès à un soutien médical. Les cadeaux des parrains aux filleuls ainsi qu’à leurs familles sont distribués sous forme de transferts électroniques. Le bureau national de Compassion Rwanda travaille avec le personnel local afin de leur offrir des conseils et un soutien en cette période difficile.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Rwanda, les lettres sont bien distribuées aux filleuls, bien que cela puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Rwanda, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Sénégal (mis à jour le 10/11/2020)

Les vols internationaux ont repris mais tous les voyageurs ne sont pas automatiquement admis au Sénégal ; leur autorisation d'entrer dépend de leur pays de provenance. Les écoles ont également repris leurs activités au titre de l'année scolaire 2019-2020 jusqu'au 30 septembre, puis, après une pause d'un mois, la rentrée scolaire 2020-2021 se fera au 12 novembre.

Concernant nos partenaires Ticket-Repas, après une période de fermeture, ou de fonctionnement au ralenti, les équipes se préparent à la reprise des activités tout en appliquant les mesures de prévention contre la covid-19.

Sri Lanka (mis à jour le 04/11/2020)

Le 8 octobre, les autorités sri-lankaises ont fermé certains bureaux gouvernementaux et ont étendu le couvre-feu, afin de prévenir une hausse de la propagation de la COVID-19. Deux jours plus tôt, le gouvernement avait déjà interdit tous les rassemblements publics suite à la détection d’un foyer de contamination (une usine de vêtements), situé près de la capitale Colombo. L’entreprise a indiqué que la majorité des plus de 1000 employés, testés positifs au virus, ne présentaient aucun symptôme. La région ainsi que les communautés avoisinantes ont été placées en quarantaine jusqu’à nouvel ordre.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Sri Lanka ?

Les centres d’accueil ont cessé toutes les activités de groupe pour les enfants, en raison de la deuxième vague de contamination qui sévit actuellement au Sri Lanka. Certains membres du personnel rendent visite aux enfants et les soutiennent dans leurs études scolaires et leur besoins médicaux, tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ils appellent les familles au moins une fois par semaine. Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, ils ont été en mesure de distribuer 127 796 colis alimentaires ainsi que 60 906 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles. De plus, le personnel des centres a également pu distribuer des sacs de semences ainsi que des kits d’information sur la prévention contre les maladies, en accord avec les recommandations du gouvernement. Les enfants continuent d’écrire les lettres à leurs parrains de chez eux.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Au Sri Lanka, la plupart des lettres sont retardées ; cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Sri Lanka, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Tanzanie (mis à jour le 04/11/2020)

Le gouvernement Tanzanien ne signale pas de nouveaux cas de COVID-19. Cependant, l’ambassade des Etats-Unis en Tanzanie soupçonne une augmentation des cas de contamination à Dar es Salaam notamment, et prévient que le risque de contracter le coronavirus demeure élevé. Seuls les touristes ayant été testé négatifs au test de la COVID-19 sont accueillis dans le pays. Les écoles ont rouvert après une fermeture de 3 mois, faisant de la Tanzanie le premier pays d’Afrique de l’Est à permettre aux étudiants de retourner à l’école. Les masques ainsi que les distanciations sociales ne sont plus recommandés.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Tanzanie ?

Depuis le 5 septembre, les centres d’accueil de Compassion Tanzanie ont rouvert pour les activités de groupe. Les salles de classe ainsi que les équipements de terrain de jeu sont régulièrement désinfectés. Les centres accueillent un nombre limité d’enfants, qui viennent par roulement, afin de maintenir une bonne distanciation sociale. Sur place, des kits d’hygiène ainsi que de multiples stations de lavage de mains sont accessibles et les membres du personnel font de la prévention contre la COVID-19 auprès des enfants. Ils prient également pour eux ainsi que pour les parrains.

Grâce au généreux soutien des parrains et des donateurs, les enfants ainsi que leurs familles ont pu bénéficier de 55 603 colis alimentaires ainsi que de 103 953 kits d’hygiène. 15 915 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Tanzanie, bien que leur réception puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Tanzanie, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

 

Tchad (mis à jour le 10/11/2020)

Au Tchad, les activités aériennes ont repris depuis le 1er aout et les voyageurs doivent suivre un protocole précis en fonction de la durée de leur séjour. La rentrée scolaire a eu lieu le 2 novembre au titre de l'année 2020-2021, mais certaines classes avaient réouvert à partir du 1er octobre afin de faire un rattrapage des cours manqués de l'année 2019-2020.

Les activités de nos partenaires Ticket-Repa sont repris moyennant la mise en place des mesures de prévention qui s'imposent. Nos autres partenaires n'ayant pas suspendu leurs activités, continuent de les mener avec toutefois quelques ajustements. Chaque projet est l'occasion de sensibiliser encore davantage les populations aux mesures d'hygiène et au lavage des mains.

Thaïlande (mis à jour le 04/11/2020)

La Thaïlande a efficacement limité la propagation de la COVID-19 sur son territoire. Le 8 octobre, le pays a décidé de reporter la réouverture de ses frontières aux voyageurs internationaux, jusqu’à nouvel ordre. Il a été signalé qu’actuellement, 4 millions de Thaïlandais sont sans emploi en raison du manque de tourisme.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion en Thaïlande ?

Le 15 octobre, 157 centres d’accueil de Compassion Thaïlande ont pu rouvrir à condition d’accueillir un nombre limité d’enfants et de mettre en place des protocoles de prévention contre la COVID-19. Dans les régions où les centres n’ont pas encore eu la possibilité de rouvrir, les membres du personnel restent en contact téléphonique avec les bénéficiaires et leur rendent visite tout en respectant les mesures de distanciation sociale recommandées par les autorités locales. Les membres du personnel des centres travaillent à créer des programmes d’activités virtuels. Grâce au soutien de nos généreux parrains et donateurs, ils ont été en mesure de distribuer 113 206 colis alimentaires ainsi que 71 126 kits d’hygiène aux enfants et leurs familles.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

Les lettres sont actuellement distribuées en Thaïlande bien que leur réception par votre filleul puisse prendre plus de temps que la normale. Nous vous encourageons à continuer d’écrire à votre filleul, car, aujourd’hui plus que jamais, tous les enfants ont besoin de paroles d’espoir et d’encouragement. Merci pour votre engagement !

Les dons sont-ils distribués ?

En Thaïlande, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

 

Togo (mis à jour le 04/11/2020)

Le Togo a prolongé son état d’urgence jusqu’en Mars 2021. À ce jour, les frontières sont fermées, les rencontres publiques de plus de 15 personnes sont interdites et les écoles sont fermées à l’exception de certaines classes pour lesquelles des examens sont obligatoires. Les masques sont recommandés en public. Les églises sont partiellement ouvertes. Le gouvernement Togolais planifie d’offrir une assurance spéciale au personnel médical du pays qui travaille durement afin de prévenir la propagation du virus.

Comment s’organisent les centres de parrainage de Compassion au Togo ?

Pour le moment, tous les centres de parrainage sont fermés afin de respecter les recommandations faites par les autorités locales. Cependant, les membres du personnel continuent de rendre régulièrement visite aux bénéficiaires, quand cela est possible. Ils veillent sur la santé des enfants et de leurs familles et prient pour eux. Les centres d’accueil essayent d’évaluer les besoins des étudiants confinés afin de les aider du mieux que possible : ils offrent des cours de remise à niveau aux étudiants qui doivent passer des examens nationaux, et assurent également le suivi auprès des jeunes en formation professionnelle. Dans certains centres, les mères apprennent à fabriquer des masques pour leurs familles mais également pour les vendre et en générer un revenu.

Grâce au généreux soutien de nos parrains et de nos donateurs, les membres du personnel des centres d'accueil ont été en mesure de distribuer 305 467 colis alimentaires ainsi que 243 701 kits d’hygiène aux enfants et à leurs familles. De plus, 33 732 personnes ont pu bénéficier d’une assistance médicale.

Les enfants reçoivent-ils les lettres ?

A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de distribuer en toute sécurité les lettres aux enfants, inscrits dans les centres d’accueil de Compassion Togo. Cependant, cela ne signifie pas que vous ne devez pas écrire ! Nous vous encourageons à continuer d’envoyer des lettres de soutien et d’espoir à votre filleul. Imaginez sa joie quand il les recevra !

Les dons sont-ils distribués ?

Au Togo, les dons à destination des enfants ou de leur famille continuent d’être transférés, bien qu’ils soient retardés à cause de la situation actuelle. Dans certaines communautés, le personnel des centres d'accueil a pu reverser des dons en espèces aux parents ou responsables légaux des enfants. Guidé par le centre d’accueil, le responsable de l'enfant pourra décider de quelle manière utiliser l'argent : l'achat de nourriture ou le paiement du loyer est, parfois, dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Les projets de développement au Togo

Les activités de nos partenaires se poursuivent mais avec des ajustements afin de respecter les mesures de prévention. En plus de leurs activités usuelles, certains de nos partenaires ont mis en place des projets de sensibilisation aux bonnes pratiques d'hygiène face au coronavirus.

 

RESTONS UNIS DANS LA PRIère

Nous le rappelons : dans cette situation inédite, restons unis avec nos partenaires dans la prière, et eux avec nous. 

« Nous prions pour toute votre équipe. Que Dieu vous garde et vous protège pendant cette tempête et qu'Il nous accorde la grâce de faire disparaitre ce virus dans le monde. En pensés et en prières avec vous, je vous envoie ma profonde affection en Christ. Mbote mingi ! » Une partenaire de RDC. 

Le Coronavirus ne connait pas de frontière : faisons en sorte que notre solidarité non plus !

Soutenons nos partenaires par la prière, ou par un don, à la hauteur de nos moyens :

Soutenir le fonds d'urgence Coronavirus

Informations complémentaires

Votre don sera affecté en priorité aux actions d’urgence de nos partenaires liées à la pandémie du Coronavirus. Si les montants nécessaires pour les couvrir venaient à être atteints, votre don sera affecté à une future urgence dans le monde. 

Les dons du SEL sont remis directement aux associations partenaires, gérées par des chrétiens, et viennent couvrir des dépenses engagées par elles seules. En aucun cas, le SEL ne verse de fonds à des instances intermédiaires (gouvernement, régions, mairie, etc.), parce que ce ne sont pas elles qui interviennent dans les projets de nos partenaires. Cela permet aussi une meilleure transparence et traçabilité dans l’emploi des fonds, d’autant plus que les dépenses effectuées par nos partenaires sont strictement contrôlées par le SEL.