Microcrédit et formation pour femmes responsables d'une activité génératrice de revenus en R.D.C.

  • Contexte et population :

Le projet se situe en République Démocratique du Congo, dans un quartier très pauvre du Kinshasa, où vivent des familles en grande précarité.

  • Bénéficiaires :

Les femmes responsables d'une activité de salaison de poissons ont bénéficié de ce projet. Parmi elles, Madame Nzumba témoigne ...

  • Nature du projet :

Le projet consiste en deux activités essentielles :

l'octroi de prêts, en trois phases, pour développer et stabiliser leurs activités de salaison. Une enquête préalable et un suivi régulier (vérification du bon usage du prêt et du respect des règles de gestion) ont été mis en place.

- la formation en gestion (épargne, crédit) en alphabétisation et également sur des techniques de transformation des produits alimentaires et un programme de sensibilisation sur la santé.

  • Les finances :

2009 : Appui à la formation professionnelle et  la producion de poisson salés pour 4 340 €

2010 : Renforcement des fonds propres du PADERU  et formations professionnelle pour 10 000 €

2011 : Un financement de 23 000 € est accordé. Grâce à celui-ci l’ouverture d’un comptoir à 4 guichets sécurisés avec un équipement adéquat a permit l’obtention de l'agrément de la Banque Centrale du Congo. L’Institution de Microfinance PADERU continue donc à développer les prêts et à donner des formations professionnelles.

2013 : Suite aux changements de réglementation, un appui exceptionnel de 27 260 € est accordé pour permettre à la structure d’avoir plus de fonds propre et ainsi atteindre un objectif de plus de 1 000 bénéficiaires supplémentaires en 4 ans.

  • Quelques résultats significatifs :

Apres 3 ans, les emprunteurs augmentent la taille de leurs activités génératrices de revenus de 80% en moyenne. Environ un tiers des femmes sondées ont dépassé les 100% d’augmentation de revenus.

Une amélioration notoire de la santé des foyers dont les bénéficiaires participent aux programmes de formation est également notée : un enfant pouvait facilement atteindre l’âge de deux ans sans avoir pris autre chose que le lait maternel ce qui n’est plus le cas chez les bénéficiaires qui sont sensibilisés et formés.

Soutenir les projets Microcrédits