L’eau permet de boire, de cuisiner, d’irriguer les cultures, de se laver… Et pourtant, pour beaucoup de femmes et d’hommes, il ne suffit pas de tourner le robinet pour accéder à une eau propre. A l'heure actuelle, 663 millions de personnes ne bénéficient toujours pas d'une source d'eau potable en quantité suffisante, selon l'UNICEF.

Les projets Eau et Assainissement du SEL permettent de financer le forage de puits, d'aménager des sources d'eau, de mener des campagnes de sensibilisation à l’hygiène et d'améliorer l’accès aux installations sanitaires.

Des chiffres...

  • Dans les pays en développement, 80% des maladies sont liées à l'eau (maladies hydriques), et la diarrhée est la seconde cause de mortalité des enfants.
    • Un européen utilise chaque jour entre 130 et 160 litres d’eau, en Afrique subsaharienne, la consommation moyenne est de 10 à 20 litres. Selon l’OMS, 20 litres par jour et par personne représentent le minimum pour assurer la survie et 50 litres le minimum pour maintenir une hygiène corporelle minimale.

Creuser un puits, aménager une source : ça change quoi ?

Quand un village peut accéder facilement à un point d’eau potable, les femmes et les enfants n’ont plus besoin de parcourir des kilomètres chaque jour pour ramener l’eau. Ils peuvent se consacrer à d’autres activités : travailler ou aller à l’école.

Les enfants ne sont plus autant touchés par les diarrhées ou les vers.

La vie de la communauté est améliorée, les perspectives d’avenir aussi. Le problème de l’eau est un terrible frein au développement.

Soutenir les projets Eau & Assainissement

Sources : Organisation Mondiale de la Santé, Centre d'Information sur l'Eau, UNICEF.