Un "supporter" de choix : Marcos Ceara, arrière-droit du P.S.G. et chrétien.

Vers la page de l'équipe du SEL
Vers la page de l'équipe du SEL
"Allez-y à fond ! Courez ou supportez les coureurs du SEL qui vont courir pour agir contre la faim le 26 juin !

Je suis né dans une famille pauvre au nord du Brésil et j’ai dû travailler dans les champs dès l’âge de 6 ans.

Alors, croyez-moi, courir pour soutenir des projets agricoles, c’est vraiment une belle cause ! 

La Bible ne nous dit-elle pas qu'il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir ?

Que Dieu vous bénisse et vous donne Sa force."

Marcos Ceara, arrière-droit du P.S.G.
Lire la totalité de son interview.

 

 

SEL :  Vous êtes quelqu'un de très pris, très sollicité par les média, qu'est-ce qui vous a motivé à nous accorder un peu de votre temps ?
Annette, Olivier, Adrien, Paul, Laurène... et d'autres vont courir pour les projets agricoles du S.E.L, le 26 juin. Soutenez-les !
Annette, Olivier, Adrien, Paul, Laurène... et d'autres vont courir pour les projets agricoles du S.E.L, le 26 juin. Soutenez-les !

Marcos Ceara (M.C.) : En tant que chrétien, je pense qu’il est important de soutenir les associations qui ont pour but d’aider ceux qui souffrent, qui sont dans la difficulté et la détresse. Il faut démontrer l'amour que Dieu nous a lui-même donné au travers de Jésus Christ. Faire passer le message de Jésus comme cela, communiquer l’Evangile à ceux qui ne le connaissent pas. C'est ma motivation ! 

SEL : La pauvreté, c’est quelque chose que vous avez vécu vous-même ?

M.C : Oui, j’ai été confronté à la pauvreté… Je suis le dernier d’une famille de 8 enfants, à l’époque nous vivions au nord du Brésil dans une des régions les plus pauvres du pays. D’ailleurs le nom que je porte est le nom de l’Etat où je suis né. J’ai travaillé dans l’agriculture dès l’âge de 6 ans.

C’est grâce à Dieu d’abord et grâce à ma profession de footballeur que j’ai pu m’en sortir. C’est pourquoi je suis vraiment motivé à aider le SEL pour apporter un soutien aux populations qui vivent dans la pauvreté et le dénuement.

SEL : En tant que sportif professionnel, quel message transmettriez-vous  aux coureurs qui vont participer pour agir contre la faim le 26 juin ?

Courir en sachant que l’on aide des populations dans le besoin, c’est une motivation plus que suffisante. Je voulais courir avec eux mais, je ne peux être là car, en juin je suis au Brésil, et ce jour-là justement, j'organise un match "solidaire" pour ma ville natale.

Mais j’encourage vraiment les coureurs à participer et à se donner à fond pour cette belle cause ! Que Dieu les bénisse et leur donne Sa force pour courir et donner le meilleur.

SEL : Et à ceux qui les soutiennent ou pensent à les soutenir financièrement ?

La Bible dit qu’il est mieux de donner que de recevoir. J’ai toujours essayé de mettre en pratique ce verset. La meilleure façon d’être béni, c’est lorsque l’on donne ! Il ne faut pas attendre la récompense de l’être humain, car c’est Dieu qui nous récompense en Son temps.

Ceux qui vont aider et bénir doivent garder à l’esprit qu’il est mieux de donner que de recevoir.

SEL : Quel verset vous encourage et pourrait encourager les coureurs du SEL ?

Le psaume 37 verset 5 : « Recommande ton sort à l’Eternel, mets en lui  ta confiance et Il agira. » c’est ce que j’essaie de faire tous les jours, remettre ma vie entre les mains du Seigneur, je suis convaincu qu’il agit afin que nous soyons bénis et récompensés par sa grâce et sa miséricorde. »


SEL :  Rêvons un peu... Si vous étiez nommé "ambassadeur de l’ONU pour la lutte contre la pauvreté", quelles seraient vos premières actions ?

Dieu a mis dans mon cœur d’essayer de récolter des fonds à travers le sport pour aider les enfants ou les plus démunis en général...

Le sport attire du monde et le foot engendre la passion : il faut le mettre à contribution pour aider les populations en détresse au travers des associations chrétiennes.

Ce que je ferais si j'étais ambassadeur de l'ONU ? Beaucoup de choses certainement mais, je vous promets, je vais y réfléchir...

Un grand merci à Marcos Ceara et sa famille pour leur accueil, 
leur simplicité et leur disponibilité.
 

En savoir plus sur la participation
du SEL à la Course des héros