Aide aux populations déplacées de Côte d'Ivoire

Fin 2010, une crise électorale a plongé la Côte d'Ivoire dans une situation difficile, proche de la guerre civile, générant d'importants déplacements de populations et causant de nombreuses victimes.

Plusieurs Eglises (Union des Eglises Evangéliques de Côte d'Ivoire - UEESO-CI) ont ouvert des sites pour accueillir, nourrir et soutenir psychologiquement les nombreux déplacés, à Cocody (Abidjan), Daloa, Duékoué et Danané.

Début avril, la situation humanitaire a été jugée dramatique.
Fin mai, le retour de ces familles reste problématique : la situation sanitaire pourrait se détériorer très vite.

Le SEL a décidé d'ouvrir un fonds spécial "urgence Côte d'Ivoire" afin de soutenir ses partenaires chrétiens (notamment l'UEESO-CI, en relation avec la Mission Biblique) à l'oeuvre là-bas pour aider les familles déplacées et ceux qui les accueillent.

Partager

Familles déplacées : le retour est difficile, la situation sanitaire pourrait s'aggraver.

Une équipe de l'U.E.E.S.O. , notre partenaire sur place, s'est rendue dans l'ouest du pays afin d'apporter, grâce à vos dons, près de 5 tonnes de riz mais aussi des vêtements, des nattes, du savon, du lait en poudre aux familles déplacées.

Ces distributions ont aussi été au bénéfice des familles accueillantes, nous explique le pasteur Michel LOH :

"Beaucoup de familles ivoiriennes ont donné de leur nécessaire pour venir en aide aux populations déplacées, donnant parfois leurs semences mises de côté pour la saison agricole à venir." 

"S'ils ne peuvent planter ni récolter demain, ils risquent tout simplement la famine !"

Chaque distribution a été l'occasion d'appeler à la réconciliation, un appel basé sur les notions bibliques du pardon.

La situation est redevenue bien plus calme aujourd'hui, pourtant beaucoup de familles ne peuvent retourner chez elles.

Repartir où, vers quoi ? Beaucoup de ces familles n'ont plus de toit ni de source de revenus : leurs terres ont été saccagées, leurs petits commerces brûlés.

La peur est toujours là. 

Après l'urgence, des projets de réinsertion sociale sont absolument nécessaires pour favoriser le retour et éviter ainsi le pire...
En effet, la situation sanitaire peut devenir catastrophique avec l'arrivée de la saison des pluies.

Lire la totalité de l'article et voir des photos


Mis en ligne le 19/05/2011
Source : UEESO-Mission Biblique
 

Familles déplacées : soutien alimentaire et aide au retour.

La situation est désormais relativement calme à Abidjan, dans les quartiers d' Abobo, de Yopougon, Cocody et Niagon.

On s'y déplace sans crainte maintenant : les véhicules recommencent à rouler.

Cependant, plusieurs réfugiés à Cocody, par exemple, refusent encore de sortir. En effet, des tensions sont toujours perceptibles dans plusieurs quartiers.

Notre partenaire sur place est très préoccupé par les préparatifs pour transporter l'aide alimentaire et sanitaire aux déplacés de Daloa et Duékoué.

Les mois d'avril et de mai, étant traditionnellement des mois de fortes pluies, il est possible que l'acheminement des vivres soit rendu difficile par l'état des routes.

Une rencontre nationale de l'UEESO avec les pasteurs et leurs épouses est en cours d'organisation pour inciter à la réconciliation.


Mis en ligne le 2 mai
Source : UEESO-CI (par la Mission Biblique), Tearfund.

Retour au calme ?

Il semble que le calme revienne à Abidjan : plus vite que prévu dans certains quartiers, encore précaire dans d'autres plus populeux.

Les réfugiés sur la station de l'église à Cocody craignent encore de retourner dans les quartiers chauds de Yopougon, Adjamé ou Abobo.

Les rares boutiques qui rouvrent sont en général pour l'alimentation, mais avec des prix multipliés par 3 ou 4 et peu d'approvisionnement.



Mis en ligne le 15 avril 2011.
Source : UEESO-CI (par la Mission Biblique)

La situation humanitaire reste préoccupante

Les dernières heures ont été marquées par un relatif retour au calme, mais dans une situation où beaucoup de personnes ont fui leur domicile, on assiste à un grand nombre de scènes de pillage (maisons pillées, voitures volées ou brûlées…).

A Duékoué, comme dans plusieurs autres villes de l'intérieur, des réfugiés qui s’étaient enfuis en brousse sont venus grossir le flot des réfugiés dans les églises. La situation humanitaire reste préoccupante : l’argent manque pour l’achat de vivres et de médicaments, la population est traumatisée par ce qu’elle a vécu. De nombreux réfugiés sont encore au Liberia. 

Prions pour les besoins physiques, émotionnels et spirituels de la population et pour l’action des chrétiens sur place.

Mis en ligne le 13 avril 2011.
Source : UEESO-CI (par la Mission Biblique)

 

Quelques nouvelles de nos partenaires

Copyright Mission Biblique en CI

L'un de nos partenaires en Côte d'Ivoire travaillant auprès des populations demunies aveugles ou mal-voyantes à Danané, nous écrivait dernièrement :

"Dans le conflit actuel qui fait des centaines de morts tant parmi les civils que parmi les soldats des deux camps, nous, les personnes aveugles et malvoyantes de la région de l’ouest Montagneux vivons actuellement dans des conditions de misère sans précédent, n’ayant aucun minimum vital à notre portée. En plus de tout cela, la santé des uns et des autres se dégrade au fur et à mesure."

Nous sommes actuellement laissés-pour-compte. Nous espérons que nos appels aux secours pour une assistance en vivres et non-vivres seront entendus, ne serait-ce qu'un seul repas par jour ..."

Nos prières restent de mise. La situation est toujours très tendue là-bas : l'accès aux soins est difficile, les réserves s'amenuisent, et les conditions sanitaires sont très précaires, en certains endroits.

Mis en ligne le 7 avril.