Former les jeunes pour bien reconstruire Haïti

Au lendemain du séisme, les responsables de l’UEBH (Union Evangélique Baptiste d'Haiti), écrivaient :
« La perte en vies humaines, les graves blessures, la destruction des bâtiments publics et privés ont été trop grands. Il faut désormais des pratiques, des techniques et des constructions répondant aux normes parasismiques, pour éviter de telles catastrophes. C’est pourquoi l’UEBH, via ce centre technique de formation spécialisée, va apporter sa contribution à la reconstruction du pays. »

 

Courant 2011, le Centre Spécialisé de Construction Parasismique ouvrait ses portes sur les hauteurs de Fort-Mercredi.

L’objectif est simple : former des professionnels du bâtiment capables de travailler en respectant des normes parasismiques. L’école a accueilli 135 élèves. Une bourse aide les étudiants démunis.

Le 12 janvier 2014, les premiers élèves diplômés seront opérationnels. Ces jeunes ont acquis des compétences à la fois théoriques et pratiques, grâce à des stages sur les sites de construction des partenaires de l’école tels que Compassion Haïti ou la Fédération des Ecoles Protestantes de Haïti.

Le directeur de l’école, Ingénieur A. a choisi des enseignants compétents et applique les programmes des meilleures écoles professionnelles de la capitale. Mais l’Ecole Technique Maranatha va plus loin. Un des enseignants exprime sa satisfaction : « Nous travaillons dans une école où la parole de Dieu, l’amour, la compréhension, la discipline et le respect règnent. »

Edmond E., étudiant, en construction bâtiment, affirme : « Penser aux jeunes c’est voir où les yeux ne peuvent pas voir. Nous sommes infiniment reconnaissants de votre soutien qui nous permet de voir plus clair pour notre futur. »

Thelusama D, étudiant en électricité-plomberie, remercie pour « ce beau projet dans cette zone défavorisée, visant à former des jeunes  professionnels compétents et qui vont être utiles à leur pays (…). »

Un espoir dans l'avenir...

C’est en partenariat avec Tearfund (UK) que le SEL s’est engagé à soutenir cette école.

Il y a en effet tant à reconstruire et paradoxalement, tant de chômage encore.

Dans ce quartier, près de 95% des jeunes ont abandonné l’école dès leur adolescence. La plupart n’ont aucune formation professionnelle. La présence même de l’ Ecole Technique Maranatha (ETM) dans un tel environnement vise à redonner à ces jeunes, espoir dans l’avenir par le fait qu’ils pourront disposer d’un métier et contribuer à la société en tant que citoyens à part entière.

Ce projet contribue à changer l’image négative de cette communauté.
"Les étrangers ne les traiteront plus comme des errants, des vagabonds et bandits, ils diront au contraire que dans cette communauté, on trouve des professionnels qualifiés et compétents dans différents domaines » déclarent les responsables de l'ETM.

S’il faut reconstruire les bâtiments et bien les reconstruire, il faut aussi reconstruire les personnes, l’image qu’elles ont d’elles-mêmes et que les autres en ont.

Agissons et prions ici, là-bas, ensemble pour qu'Haïti reprenne un vrai nouveau départ.